Le Brésil se suicide face à l’Allemagne

Journée funeste pour le Brésil. A un pas de sa finale, la Seleção de Luiz Felipe Scolari a été humiliée dans les grandes largeurs par l’Allemagne (1-7), mardi à Belo Horizonte en demi-finales de la Coupe du monde 2014. Sans Thiago Silva ni Neymar, les partenaires de David Luiz ont explosé en plein vol contre une Mannschaft qui visera, dimanche prochain, un premier sacre mondial depuis 1990.

Le Brésil humilié par l'Allemagne

Ce mardi 8 juillet 2014 restera comme l’une des dates les plus noires de l’histoire du football brésilien. Toujours anéantis par leur échec, à domicile, en finale du Mondial 1950, les joueurs brésiliens présents, mardi, sur la pelouse du Belo Horizonte n’oublieront pas de si tôt l’humiliation concédée, face à l’Allemagne (1-7), en demi-finales de la Coupe du monde 2014. Les absences de Thiago Silva (suspendu) et Neymar (blessé au dos) serviront sans doute d’excuse pour certains, mais elles n’expliqueront pas la faillite collective d’une équipe qui avait, jusque-là, réussi à se sortir de situations très difficiles. Sans convaincre, le Brésil était plus que jamais en course pour sa sixième étoile mais aujourd’hui, c’est tout un pays qui pleure après cette déroute historique à ce stade de la compétition.

Ce scénario étonne d’autant plus que les coéquipiers de Fred débutaient parfaitement leur rencontre en exerçant un bon pressing, se créant une possibilité avec une frappe non cadrée de Marcelo (3e). Mais les Allemands, dominés, ne s’affolent pas, reprennent leurs esprits et surprennent trop rapidement la défense auriverde. Sur un corner de Kroos, Müller se libère du marquage de David Luiz et reprend, aux six mètres, du droit, son cinquième but dans cette Coupe du monde (0-1, 11e). C’est le début du calvaire, de la déroute pour la Seleção. En deux temps, Klose trompe César (0-2, 23e) et devient, avec 16 réalisations, le meilleur buteur en phase finale. Puis Kroos, en deux minutes (24e, 26e), profite des boulevards adverses pour enfoncer encore davantage une sélection à la dérive. Juste avant la demi-heure, Khedira inscrit un cinquième but, sur une passe d’Özil, au milieu d’une défense apathique (0-5, 29e).

Histoire de réveiller ses troupes et de sauver les apparences, Scolari procède à deux changements avec les entrées de Ramires et Paulinho. Devant un public abasourdi, le premier oblige Neuer à un bel arrêt (51e) et le second voit le gardien du Bayern Munich réussir une double parade (53e), signe que rien ne sourit à la bande à Neymar. Bien au contraire, le sort s’acharne sur elle avec deux réalisations du nouvel entrant Schürrle (0-7, 69e et 79e). Après le but d’Oscar (91e), il était temps pour M. Rodriguez de mettre fin au calvaire brésilien. Après une telle fessée, on se demande bien quels mots trouvera Scolari pour remobiliser ses troupes dans quatre jours, pour le match de la troisième place qui s’annonce si anecdotique. Qualifiée pour la finale après deux échecs de rang dans le dernier carré, l’Allemagne visera elle dimanche, face aux Pays-Bas ou l’Argentine, le quatrième titre mondial de son histoire.