Espoirs : le constat d’échec de Caqueret

Favorite lors de son quart de finale de l'Euro Espoirs 2023, l'équipe de France s'est fait surprendre par l'Ukraine, après une prestation très poussive.

En football, le talent ne fait pas tout. Cette maxime s'applique parfaitement à la performance des Espoirs ce dimanche soir, battus par l'Ukraine (3-1) et éliminés de la compétition. Assez largement supérieur sur le papier au vu des joueurs qui composent l'effectif des deux nations, la France n'a pas été à la hauteur et n'a finalement pas proposé grand-chose, à l'image du reste de la compétition.

En zone mixte, le capitaine des Bleus, Maxence Caqueret n'a pas caché sa déception au micro de beIN Sports : “C'est une énorme déception. On n'a pas fait tout ce qu'il fallait pour gagner ce match, tout simplement. Je pense qu'on avait ce match entre nos mains à 1-0, on a fait quelques erreurs qui leur ont permis de revenir au score et passer devant nous. En deuxième période, on n'a pas su faire ce qu'il fallait pour marquer ce but. On est très très déçus.

“On a fauté donc on prend nos responsabilités”

Et le milieu de terrain de l'Olympique Lyonnais de poursuivre : “Il y a eu de mauvaises choses de notre côté. On avait plus le ballon qu'eux, mais ça n'apportait pas assez d'occasions. On a péché dans ce domaine ce soir, on n'a pas su se créer les occasions comme on a l'habitude de le faire. On le voit sur le résultat. On ne peut qu'être déçus. C'était un vrai objectif qu'on avait, mais on a fauté donc on prend nos responsabilités.

Une nouvelle déception qui place Sylvain Ripoll dans une situation inconfortable à un an du début des Jeux Olympique de Paris. Le sélectionneur a reconnu ne pas avoir atteint son objectif, après la rencontre : “On m'avait fixé comme objectif minimal d'aller au moins en demi-finale de cet Euro. Factuellement, ce n'est pas le cas. On va prendre un peu de recul et discuter de tout ça.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.