Ribéry, Larqué… Domenech se lâche dans son livre

Deux ans après Tout seul, Raymond Domenech signe son retour en librairie avec Mon dico passionné du foot, qui sort demain. L’ancien sélectionneur de l’équipe de France égratigne bon nombre d’acteurs du ballon rond, que ce soit Franck Ribéry, Nicolas Anelka, Jean-Michel Larqué et José Mourinho.

Raymond Domenech

Quatre ans après son départ de l’équipe de France après la Coupe du monde en Afrique du Sud, Raymond Domenech reste un personnage aigri. Après avoir raconté dans le détail les déboires du Mondial 2010, l’homme de 62 ans revient avec Mon dico passionné du foot, un ouvrage dans lequel nombreux sont ceux à subir ses foudres. A commencer par Franck Ribéry, le milieu de terrain du Bayern Munich et retraité international. « Il a fait supporter aux Bleus le poids de son mal être, de sa bêtise même, en Afrique du Sud et après. Mais Monsieur, depuis, fait la tête parce qu’il voulait être Ballon d’Or. »

Comparant Nicolas Anelka à « Docteur Jekyll et Mister Hyde« , Raymond Domenech n’est également pas tendre avec Zinedine Zidane, avec qui il fut un finaliste malheureux de la Coupe du monde 2006. Selon lui, « Zizou » a « sacrifié les chances de l’équipe de France au profit de son orgueil« , quand il parle du coup de tête de l’actuel entraîneur de la réserve du Real Madrid au défenseur italien Marco Materrazzi. Si les Français en prennent pour leur grade, il n’est pas en reste non plus avec quelques stars étrangères, dont José Mourinho, le coach portugais de Chelsea : « C’est le problème des traducteurs, ils finissent par se persuader d’avoir écrit le texte eux-mêmes. »

Sur les consultants, le Lyonnais cible en particulier Christophe Dugarry, qui « jouait selon ses envies » et « n’écoutait pas vraiment« , et Jean-Michel Larqué, « son surnom d’autrefois était la Pleureuse, c’était vrai, d’ailleurs il continue. » Plus surprenant, Raymond Domenech n’hésite pas à remettre en question ses propres décisions durant son mandat de sélectionneur, regrettant notamment le fait d’avoir inciter les Bleus à se couper avec le reste du monde. Sur la sélection nationale, il va même encore plus loin : « Aurais-je été plus heureux sans l’équipe de France ? Oui, je le crois, en fait je me sentais bien avec les Espoirs.«