Lens : “comme un enfant…”, Wahi recadré par un coéquipier !

Titulaire à la pointe de l'attaque du RC Lens face à l'OM dimanche soir, Elye Wahi a une nouvelle fois été très discret. Le Français a même reçu un avertissement de la part de l'un de ses partenaires.

Elye Wahi peine à se montrer décisif en championnat. Recruté pour 35 millions d'euros en fin de mercato estival, l'ancien Montpelliérain n'a inscrit qu'un but en Ligue 1 avec les Sang et Or depuis son arrivée. Face à l'Olympique de Marseille, le Français ne s'est pas montré particulièrement dangereux durant la rencontre, dans un match particulièrement pauvre techniquement.

Remplacé par Wesley Saïd à la 71ème minute, le Bleuet n'a été en vue que lors de sa frappe en première période, passée au ras du poteau de Pau Lopez. Pour le reste, il n'y avait pas grand-chose à se mettre sous la dent. Après la rencontre, Adrien Thomasson a donc tenu à le recadrer quelque peu, estimant qu'il “y avait encore quelques réglages à faire“.

“Parfois, on sent qu'il a des moments d'absence”

Il faut être derrière lui. Il ne faut pas le lâcher. Il a vraiment des qualités incroyables, on le voit tous les jours à l'entraînement, a confié l'ancien Strasbourgeois sur les ondes de RMC. Parfois quand on fait des séances vidéo, on sent qu'il a des moments d'absence. Sur le terrain, comme avec un enfant, il faut tout le temps être derrière lui. Il peut tellement nous apporter que c'est pour son bien. Il y a des joueurs qui arrivent à maturité rapidement, mais il peut bien correspondre à notre façon de jouer.

Le joueur de 20 prend encore ses marques dans l'équipe de Franck Haise et doit digérer les attentes placées en lui. Wahi est censé faire oublier le redoutable Loïs Openda, auteur de 21 buts en Ligue 1 en 2022-2023, ce qui n'est évidemment pas chose aisée.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.