Mbappé ne sera pas la superstar des JO !

À plusieurs reprises, Kylian Mbappé a manifesté sa volonté de participer aux Jeux olympiques de Paris 2024. Pour cela, le capitaine de l'équipe de France devra d'abord obtenir l'accord de son futur club.

Cela représente tellement pour moi. De me dire que je vais participer aux JO avec la France, c’est une opportunité extraordinaire. C’est même un rêve plutôt qu’une opportunité“, avait déclaré Kylian Mbappé il y a quelques semaines, reconnaissant tout de même qu'il n'aurait pas la main sur sa décision. “C'est mon employeur qui décide. Ce sera un plaisir de les jouer, mais si mon employeur ne veut pas, je me rangerais derrière sa décision.

Sans surprise, Thierry Henry espère avoir le capitaine des Bleus dans son groupe, au même titre qu'Antoine Griezmann et aussi Olivier Giroud, comme on l'apprenait lundi soir. Au point que Mbappé soit même le porte-drapeau de la délégation française ? La rumeur enflait ces derniers jours.

Mbappé ne sera pas mis à l'honneur

C'est autre chose, lançait-il récemment. Ce serait vraiment extraordinaire, mais cela ne dépend pas de moi.” Selon les informations obtenues par Le Parisien, ce ne sera pas le cas puisque le Bondynois aurait été écarté de la discussion selon les critères mis en place par le CNOSF, au même titre que Teddy Riner, Antoine Dupont, Clarisse Agbégnénou, Victor Wembanyama ou encore Nikola Karabatic.

Pour pouvoir être porte-drapeau, il faut avoir déjà participé à une Olympiade, ni avoir déjà été porte-drapeau par le passé. Il ne faut pas non plus avoir été condamné par la justice. Sur le premier critère, Kylian Mbappé a donc été recalé.

Comme l'explique le média, ce sont tous les athlètes de la délégation France qui voteront et non le grand public, comme cela avait pu être envisagé durant un temps. Le vote se déroulera début juillet, après la dernière commission de sélection.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.