OM : Gasset encense son “couteau suisse”

Lors de la double confrontation face au Benfica en quart de finale d’Europa League, l’Olympique de Marseille a dû une nouvelle fois faire face à un nombre colossal d’absents, obligeant Jean-Louis Gasset à bricoler.

Malgré l’écart à combler, les absents et les crampes, l’OM est parvenu à arracher son billet pour le dernier carré de la Ligue Europa ce jeudi soir face à Benfica (1-0, 4-2 tab). Il aura fallu attendre la séance de tirs au but, qui pour une fois a souri aux Olympiens, pour que le stade Vélodrome exulte.

Au retour des vestiaires, Jean-Louis Gasset a été contraint de revoir ses plans avec la sortie sur blessure de Chancel Mbemba. Le technicien français a fait entrer Amir Murillo à droite, avant de confier le couloir gauche à Luis Henrique, baladé d’un poste à l’autre depuis son retour lors du mercato hivernal. Auteur d’une excellente entrée, le Brésilien, a reçu les félicitations de son coach en conférence de presse.

“Il est critiqué, mais c’est un bon petit”

En plus de son activité, Luis Henrique a inscrit le tir au but libérateur. “On a travaillé les penalties mercredi, a confié Gasset après la rencontre. J'ai vu ceux qui avaient le sang-froid. Si Jordan Veretout n'avait pas eu des crampes, il aurait tiré aussi. Mais les joueurs en confiance se sont mis en avant et Luis Henrique en a fait partie. Je suis content pour lui, car je le trimballe un peu partout, c'est mon couteau suisse. Il est critiqué, mais c'est un bon petit.”

Même si la récupération est toujours un peu moins difficile après une qualification, les Olympiens seront sur le pont ce dimanche à Toulouse, pour le compte de la 30ème journée de Ligue 1. L’OM pointe actuellement à la 9ème place au classement, mais compte un match retard à disputer sur la pelouse de l’OGC Nice.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.