Mercato - Nice : avant le derby, Todibo cite les 4 meilleurs joueurs de l’OM

Ce mercredi soir, l'Olympique de Marseille accueille l'OGC Nice en match en retard de la 29ème journée de Ligue 1. Un derby qui a souvent tenu ses promesses entre deux formations qui prétendent à une place européenne en fin de saison.

Trois jours après un déplacement à Toulouse, l'OM poursuit son calendrier infernal avec la réception des Aiglons ce mercredi, avant d'accueillir le RC Lens dimanche soir. Si les Phocéens se sont offert un printemps européen ensoleillé, ils n'ont pas d'autres choix que de remporter le derby de la Méditerrané face à l'OGC Nice pour espérer terminer parmi les six premiers du classement à l'issue de la saison. En marge de ce duel, les hommes de Jean-Louis Gasset comptent deux points de retard sur le Stade Rennais, 7ème et six sur les Sang et Or, 6ème, qui occupent la dernière place qualificative.

De leurs côtés, les Niçois jouent également gros puisque les joueurs de Francesco Farioli ont dégringolé au classement ces dernières semaines, passant de la 2ème à la 5ème place. Désormais, Jean-Clair Todibo et ses partenaires sont à cinq unités du Top 4. Eux aussi jouent gros et se méfient de l'OM. En particulier de quatre joueurs, si l'on en croit le défenseur international.

“La progression de Balerdi est impressionnante”

Ils ont de grosses individualités sur chaque ligne, a estimé le Français en conférence de presse. J’aime beaucoup ce que propose Balerdi cette saison. Je vois sa progression depuis que je suis revenu en Ligue 1, elle est impressionnante. C’est un défenseur que j’aime beaucoup dans le style de jeu. Au milieu, ils ont Harit et Veretout, deux joueurs très intéressants. Et devant, Aubameyang. C’est un très bon attaquant. Je n’ai pas besoin de le vendre, tout le monde le connaît. C’est le meilleur joueur de l’OM cette saison, il permet à cette équipe de respirer.

Malheur au vaincu dans cette confrontation. Surtout s'il s'agit de l'OM.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.