Mercato - OL : un 2e Algérien ciblé !

Auteur d'une fin de saison en boulet de canon et qualifié pour la finale de la Coupe de France, l'Olympique Lyonnais est en course pour disputer une Coupe d'Europe l'année prochaine. Après avoir réalisé un mercato d'hiver particulièrement incisif, John Textor devrait remettre le couvert pour renforcer l'effectif durant l'intersaison.

Alors que l'OL luttait pour sa survie dans l'élite jusqu'à la fin de l'année 2023, les Gones sont désormais tout proches des places européennes. Malgré la lourde défaite sur la pelouse du Paris Saint-Germain le week-end dernier, les hommes de Pierre Sage sont revenus à un petit point de la 7ème place occupée par le Stade Rennais. Une place qui sera qualificative si la formation rhodanienne ne remporte pas la Coupe de France dans quelques semaines.

L’idée est de jouer l’ensemble des matches pour les gagner avec la volonté de produire du jeu, de rester attractif et progresser en tant qu’équipe en espérant que le public continue de venir au stade. Tout est encore possible pour voir devant“, déclarait Pierre Sage fin mars au sujet d'une éventuelle qualification. Que l'OL termine ou non dans le Top 7 de la Ligue 1, John Textor devrait de toute manière mettre la main à la poche cet été.

Après Benrahma, un autre algérien dans le viseur

L'une des cibles estivales de l'OL se nomme Mohamed Amoura, l'une des révélations de l'Union Saint-Gilloise. Joueur le plus côté de la formation belge, l'Algérien est suivi par de grosses écuries européennes comme le RB Leizpig, l'Eintracht Francfort ou encore Brighton.

Selon le journaliste belge Sacha Tavolieri, l'USG attend 20 millions plus des bonus, ainsi qu'un pourcentage à la revente pour lâcher Amoura cet été.

L'Olympique Lyonnais devra se montrer convaincant pour attirer le Fennec dans ses filets. Une qualification en Coupe d'Europe serait un argument supplémentaire pour faire pencher la balance.

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.