Euro 2024 : la demande très spéciale de Zaïre-Emery !

Sans surprise, Warren Zaïre-Emery a été convoqué par Didier Deschamps pour participer à l'Euro 2024 en Allemagne. En duplex depuis Paris, le milieu de terrain de 18 ans s'est exprimé au micro de TF1 sur sa sélection.

Malgré une baisse de régime depuis le début de l'année 2024, Warren Zaïre-Emery figure bien parmi les milieux de terrain sélectionnés pour l'Euro 2024 au même titre qu'Aurélien Tchouaméni, Eduardo Camavinga, Youssouf Fofana, Adrien Rabiot, Antoine Griezmann et la surprise N'Golo Kanté, rappelé après deux ans loin de la sélection. Le joueur du Paris Saint-Germain va disputer sa première compétition majeure avec les Bleus, quelques mois après avoir honoré sa première cape.

Le joueur de 18 ans a évidemment fait part de sa fierté de représenter son pays dans une grande compétition continentale, mais a également confessé qu'il allait devoir s'adapter au niveau du baccalauréat, que les lycéens passeront justement au moment de l'Euro.

“J'ai demandé une exception”

C'est l'une des meilleures compétitions à jouer avec les Bleus, a reconnu celui qui a fêté sa première sélection face à Gibraltar mi-novembre. Je suis très content de représenter mon pays et je le fais fièrement. Le Bac et l'Euro à gérer ? J'ai demandé une exception. Pour faire l'Euro et en même temps bien me concentrer, j'ai demandé à le passer en septembre pour être plus tranquille et me concentrer sur le football.

Récemment prolongé au PSG, Warren Zaïre-Emery pourrait avoir du temps de jeu durant la compétition malgré la forte concurrence qui règne au sein de l'entrejeu. Didier Deschamps l'a d'ailleurs lui-même reconnu. “En étant honnête, les sept milieux de terrain peuvent être titulaires“, a-t-il lancé en conférence de presse.

WZE compte deux sélections avec l'équipe de France, face à Gibraltar au mois de novembre donc (14-0), et plus récemment lors de la défaite face à l'Allemagne, lors de la défaite des Bleus au mois de mars (0-2).

Mathieu Dumas
Arrivé dans le métier sur un coup de tête à la Peter Crouch, j'ai fait mes gammes chez la Fédération Française de la Lose (FFL) avant d'explorer, par la suite, un monde autre que celui de la défaite. Au fil des expériences, j'ai pris de la bouteille comme Sidney Govou, en gardant toujours la même passion. Mon mantra : produire des analyses au moins aussi bonnes que Jean-Marc Ferreri.