Une star des Bleus raconte sa brouille avec Deschamps, Rami valide !

Agacé par l'entrée en jeu peu convaincante d'Eduardo Camavinga en seconde période contre la Pologne (1-1), Didier Deschamps n'a pas hésité à recadrer son milieu de terrain en coulisses.
Furieux de voir le joueur du Real Madrid glisser à de nombreuses reprises face aux Polonais, le sélectionneur de l'équipe de France s'est permis de lui faire quelques remarques sur le terrain, puis dans le vestiaire et même les jours suivants. Le principal intéressé est revenu sur cet épisode lors d'un entretien accordé à Téléfoot et diffusé ce dimanche sur TF1“Je joue tout le temps en crampons vissés, mais là je glissais sans cesse alors le coach m'a demandé de mettre des crampons (vissés) encore plus hauts. Mais après j'ai mal aux pieds”, a expliqué Eduardo Camavinga avant de raconter avec le sourire “les piques lancés à table et à l'entraînement” par Didier Deschamps sur le même sujet. Les deux hommes se sont expliqués ensuite en face en face et le Madrilène a compris le coup de gueule de son sélectionneur.

Un détail qui insupporte clairement Deschamps

Une chose est sûre, l'ancien Rennais retiendra la leçon lors du prochain match des Bleus. “Quand j'ai dis au coach que des crampons encore plus hauts me font mal au pied il m'a répondu : ‘Je préfère que tu aies mal plutôt que tu glisses !'”, a-t-il insisté. Une anecdote qui a rappelé à Adil Rami une autre gueulante de Deschamps lors de l'Euro 2016 lorsque ce dernier avait glissé sur l'action amenant le but irlandais sur penalty dès la 2e minute en 8es de finale (2-1). “DD, il lâche pas”, a raconté le champion du monde 2018 dans un éclat de rires général. Les choses sérieuses commencent pour les Bleus, qui n'auront pas le droit à l'erreur lundi (18h00) en 8es de finale de l'Euro 2024 contre la Belgique à Düsseldorf.

Romain Boselli
Journaliste radio depuis 2010 (Europe 1-RFM), j'ai toujours gardé par ailleurs ce plaisir de rédiger des articles sur le football et le sport en général. Rédacteur web sur Top mercato depuis une dizaine d'années, j'interviens également dans une école de journalisme pour former les professionnels de demain à Montpellier. Particularité : grand fan de l'équipe de France !