L’erreur de l’OL, son début de saison tonitruant, l’exigence de Puel… Pléa sur les traces de Henry

Formé à l’Olympique Lyonnais, l’attaquant Alassane Pléa n’a jamais eu vraiment sa chance au sein de son club formateur qui a clairement misé sur Alexandre Lacazette. Aujourd’hui, il savoure le fait de briller à Nice.

Alassane Pléa

Pas de regret pour Pléa. Qu’on se le dise, l’attaquant de Nice ne regrette absolument pas d’avoir tourné pour de bon la page lyonnaise l’été dernier. Lassé de ne pas pouvoir faire ses preuves à Gerland, le footballeur prêté à Auxerre entre janvier et juin 2014 a choisi de s’exprimer à Nice. Avec le recul, Alassane Pléa pense toujours qu’il a bien fait de ne pas rester chez les Gones. A ses yeux, il aurait continué de stagner dans le Rhône. “Je me dis que j’aurais pu faire un truc avec eux, mais ça s’arrête là. Ça me fait plaisir pour eux, mais je sais que j’ai fait le bon choix. (…) Beaucoup de gens disent qu’ils ne m’ont pas bien vendu, mais, moi, les prix, je ne sais pas trop… Et puis tant mieux, ça m’a permis de jouer en Ligue 1”, a-t-il analysé dans les colonnes de L’Equipe.

A vrai dire, l’OGCN a seulement déboursé une somme de 500.000 euros pour le déloger de l’OL. Aujourd’hui, les Azuréens se frottent les mains. Depuis le coup d’envoi de la saison, Alassane Pléa a encore franchi un cap. Il est désormais un leader offensif important au sein de l’équipe niçoise. En guise de preuve, on peut avancer le fait qu’il a inscrit 2 buts et délivré 2 passes décisives en Ligue 1. Le natif de Lille a laissé entendre qu’il a nettement amélioré son hygiène de vie pour devenir un très grand footballeur au cours des années à venir. “J’ai fait une super préparation et je fais super attention : la sieste, les repas, pas de sortie, du repos. Cet été, j’ai demandé à ma mère de descendre ici pour me faire à manger pendant toute la préparation.”

Puel ne le lâche pas d’une semelle.

Au niveau collectif, Alassane Pléa est enchanté d’évoluer aux côtés de Valère Germain et Hatem Ben Arfa qui ont apporté “plus de poids en attaque” alors qu’il avait le sentiment de jouer un peu seul devant auparavant. “Ils sont plus âgés et vont m’apprendre des trucs. Je suis un peu le petit jeune”, a-t-il souligné. En plus de cela, Alassane Pléa peut compter sur l’entraîneur Claude Puel qui n’hésite pas à le secouer lorsqu’il fait une sortie de route. “Il veut me faire passer les paliers : à l’entraînement, dès que je m’endors, il me réveille devant tout le monde. Ça pique, mais ça m’aide à me remettre dedans. (…) Il me reproche ma nonchalance, il voudrait que je sois à fond sur chaque ballon, que je sois propre techniquement, que j’aie faim. Il trouve que je me laisse trop aller.” Malgré ces défauts à corriger, Alassane Pléa s’apprête à signer un “nouveau contrat” à l’OGCN. Cette reconnaissance prouve que ce jeune joueur a un gros potentiel et qu’il est peut-être capable de marcher sur les traces de son idole Thierry Henry.

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)