Quelle place pour les spectateurs à la reprise ?

La prudence est de mise après la crise du Covid-19, qui a forcé l’arrêt du football mondial durant plusieurs mois. Les gestes barrières, la distanciation sociale et le port du masque sont une réalité pour les populations européennes, et toutes ces mesures contre-indiquent le rassemblement d’un public nombreux dans un lieu clos ou semi-fermé, comme l’est un stade de football.

Supporters

Si les joueurs ont pu reprendre le chemin des terrains depuis déjà plusieurs semaines, quid donc du public dans les gradins lors de la prochaine saison, qui débutera le week-end du 23 août dans le cas de la Ligue 1, le 12 septembre pour la Liga, la Serie A et la la Premier League, et le 18 septembre pour la Bundesliga ?

L’exemple français

Dans toute cette histoire, la France se démarque de ses voisins. Seule nation du top 5 européen à avoir arrêté définitivement sa saison 2019-2020, la France est également le premier pays d’Europe de l’Ouest à avoir autorisé, en période post-Covid, la présence du public pour un match amical, opposant Le Havre à Paris. C’était le 11 juillet 2020, et il y avait ce soir-là 5 000 personnes au stade Océane, au Havre, pour voir le PSG, champion de L1, atomiser la formation normande, 6e de L2, sur le score de 9 à 0. Les spectateurs étaient répandus dans les quatre tribunes, mais tous ne portaient pas de masque, car ce n’était pas obligatoire.

Pour la saison prochaine, la Ligue de Football est toujours en phase de réflexion : tous les stades à huis clos ? Une limitation à 5 000 personnes ? Ou les stades pleins, ce qui est le souhait de la Ligue de Football Professionnel ? L’instance régissant les championnats français n’a pas encore tranché, et attend surtout l’évolution du virus et les indications des pouvoirs publics. Pour ceux qui resteraient à l’extérieur du stade et veulent de l’enjeu, il reste toujours la solution de Betway

La problématique des abonnements

Cet atermoiement, compréhensible puisque pris à cause de considérations sanitaires, pose néanmoins un problème financier aux clubs et aux supporters. Les premiers peuvent difficilement vendre des abonnements sans pouvoir donner aux supporters une vision claire du nombre de places allouées dans l’enceinte, et les seconds ne veulent pas débourser des sommes rondelettes sans avoir la certitude de pouvoir assister aux rencontres de la saison 2020-2021.

Un exemple révélateur se trouve à l’OM où, l’an dernier, environ 33 000 personnes étaient abonnées au Stade Vélodrome. Ces dernières semaines, les groupes de supporters refusent d’entamer la campagne de réabonnement, malgré les demandes du club, puisque choisir entre divers supporters tous méritants pour remplir un quota très limité de places relève du crève-coeur.

Quelle est la meilleure solution ?

A l’étranger, où les championnats ont repris, toutes les rencontres se disputent à huis-clos. Seuls les remplaçants, les staffs et les dirigeants des clubs concernés sont dans les gradins, souvent avec des masques. Comme en France, aucune décision n’a été prise concernant la saison prochaine.
Pour ce qui est de la fin de la saison 2019-2020 de la Ligue des Champions, dont le ” Final 8 ” va se dérouler entre le 12 et le 23 août à Lisbonne, au Portugal, les matchs seront tous à huis clos, sauf surprise – la ville portugaise s’étant en partie reconfinée, le contraire serait étonnant. Mais en septembre, au moment de la reprise : que faire des spectateurs ? Les laisser à la maison, ou autoriser une petite partie d’entre eux – 5 000 ? 10 000 ? Plus ? – à venir assister au spectacle ? La réponse définitive, qui se fait attendre dans le big 5 européen, donnera une claire indication sur la place réservée aux supporters dans le football post-Covid.

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)