Équipe de France, Deschamps : « Il y a des matches pièges »

En conférence de presse, Didier Deschamps s’est exprimé sur la suite des éliminatoires pour la coupe du monde 2022. Il pense que ses joueurs vont devoir bien négocier le match qui va se disputer au Kazakhstan, malgré des circonstances compliquées.

Didier Deschamps

Face aux médias, le sélectionneur des bleus a rappelé que la rencontre ne serait pas aisée : «On aurait eu la même obligation dans cette configuration (si la France avait battu l’Ukraine, NDLR) où l’adversaire n’a rien à perdre. On aura peut-être un peu plus de pression. Je parlerais plus d’obligation du résultat en tenant compte de la spécificité du terrain auquel ils sont plus habitués. Comme d’habitude, on a l’obligation de gagner. Ce que le Kazakhstan a fait sur les derniers matches, c’est solide. C’est une équipe qui a pris peu de buts, ça ne sera pas simple», a-t-il confié au journaliste.

« Il y a des difficultés supplémentaires »

Il a aussi rappelé que les circonstances n’étaient pas favorables aux bleus : « C’est une situation qui se répète quelques fois. Avec mon staff, on connaît bien cette équipe. Notre difficulté, c’est le décalage horaire, la nuit a été plus ou moins courte pour certains joueurs. C’est aussi une pelouse où l’on a moins l’habitude de jouer. On sait qu’on joue sur cette pelouse demain. C’est factuel. On le sait. Il y a des matches pièges, en tout cas, il y a des difficultés supplémentaires par rapport à ce type de match », a-t-il poursuivi.

Pour rappel, l’équipe de France devra notamment se passer des services de Ngolo Kanté.