Super League : le gouvernement français annonce son désaccord

L’annonce par douze clubs de la création d’une Superligue européenne fermée a fait bondir le gouvernement français, dans la lignée de la FFF et la LFP.

Roxana Maracineanu

La ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a publié un communiqué à l’Agence France Presse dans lequel elle s’oppose au projet et dénonce « un système sans critère sportif d’accession qui réunit un club VIP de quelques puissants » et « représente non seulement la négation du mérite sportif mais aussi un véritable danger pour le monde du football. » Avant de poursuivre : « Je suis profondément attachée au système de solidarité qui est le nôtre. Un tel projet fragiliserait gravement le système actuel basé sur la redistribution et le mérite sportif. La France est au soutien de l’UEFA et des instances mondiales pour préserver le football de cette folie marchande. »

Dans un message écrit sur Twitter, le ministre de l’Education nationale, de la Jeunesse et des Sports Jean-Michel Blanquer s’est également désolidarisé. « C’est une ligne rouge. Avec Roxana Maracineanu, nous sommes opposés à la création d’une ligue européenne fermée et réservée à un clan de clubs. Les critères sportifs doivent prévaloir. L’État soutiendra la FFF et la LFP dans l’intérêt des clubs français et de l’équité sportive. »