Super League : Perez pense que l’UEFA ne peut rien contre les clubs et les joueurs

Quand bien même les critiques sont très nombreuses, Florentino Perez garde le cap, en ce qui concerne la Super League. Lors de l’émission El Chiringuito, le président du Real Madrid a répondu aux critiques et indiqué qu’il ne craignait pas les menaces de l’UEFA et de la FIFA.

Florentino Perez, Real Madrid

Lundi soir, le patron madrilène a défendu le projet de Super League. Il a commenté les menaces de sanctions proférées par les instances : « Cela n’arrivera pas, la loi nous protège. Nous n’allons pas entrer dans les questions juridiques. C’est impossible », a-t-il lâché. Et de poursuivre : « Ce sont des menaces de la part de quelqu’un qui confond monopole et propriété. Il ne faut pas menacer, il faut dialoguer, a rétorqué le président du Real Madrid. Nous avons proposé un format qui, selon nous, sauve le football. (…) Il faut d’abord être plus transparent, l’UEFA ne s’est pas distinguée par sa transparence. Les monopoles sont terminés. Le football est au bord de la faillite. Pas que les gros, tout le monde. S’il n’y a pas d’argent chez les grands, ils n’achètent pas de joueurs aux autres. C’est une pyramide. »

« J’ai parlé avec toutes les ligues, les fédérations »

Il a assuré que les footballeurs qui prendraient par la compétition ne pourraient pas non plus être sanctionnés : « Les footballeurs peuvent être tranquilles, cela n’arrivera pas. Ils ne seront pas sanctionnés en sélection. C’est la confusion de ceux qui contrôlent les monopoles. Bien sûr, l’UEFA est un monopole. Elle doit être transparente, elle n’a pas une bonne image tout au long de l’histoire. Ils n’ont à menacer personne. Personne n’a rien fait de mal. Leur format, à notre avis, ne fonctionne pas. J’ai parlé avec toutes les ligues, les fédérations. Personne ne comprend », a-t-il continué.

Pour rappel, Aleksander Ceferin a indiqué qu’il souhaitait bannir les joueurs qui participeraient à la Super League de toutes les compétitions UEFA.