Super League : les clubs demandent des sanctions contre les frondeurs

La Super League a donc viré au fiasco. De nombreux dirigeants n’ont pas digéré les attitudes de Florentino Perez, président du Real Madrid, et d’Andrea Agnelli, son homologue à la Juventus de Turin. Et ils demandent des sanctions contre les douze frondeurs.

Florentino Perez, Real Madrid

Selon les renseignements tenus par RMC, plusieurs grands clubs ont demandé à l’UEFA de sanctionner les douze frondeurs ayant pris part au projet de Super League. « Aujourd’hui ils ont perdu toute crédibilité sur la scène européenne. Quand on loue un appartement et qu’on casse tout l’appartement, on paye des réparations. Ils peuvent rester dans le bâtiment UEFA, mais ils doivent être sanctionnés de leur malice et de leurs goûts lubriques », lui a indiqué président italien. La radio rapporte notamment qu’Aleksander Ceferin considérait Andrea Agnelli comme un ami et qu’il lui avait démenti à plusieurs reprises l’idée d’une création de Super League. Il a été étonné de constater qu’à partir de samedi son téléphone ne répondait plus à ses appels.

Quant à Florentino Perez, il est dans le viseur des dirigeants de Liga : « Depuis plusieurs années, il menace l’UEFA, confie à RMC Sport un directeur sportif d’un club du haut de tableau espagnol. Perez se croit plus fort que tout le monde et même que l’UEFA. Il estime que sans Madrid, le football n’existe pas. Il voulait être le premier vainqueur de la Super League et remettre en cause le passé incroyable du Real en Champions League. Il pourra être le premier à la gagner, car il sera le seul à la jouer s’il s’entête », a déclaré un président de club situé dans le haut du classement espagnol.

Les deux présidents Florentino Perez et Andrea Agnelli se sont fait beaucoup d’ennemis, ces dernières 48 heures. La radio considère qu’ils auront beaucoup de mal à retrouver leur place dans le football. Leurs relations avec de nombreux clubs sont rompues.