Super League : Aulas enfonce le clou et tacle Agnelli

Jean-Michel Aulas, le président de l’Olympique Lyonnais, a de nouveau affiché son opposition au projet de la Super League, voué à l’échec après le retrait de dix des douze clubs fondateurs.

Jean Michel Aulas, Olympique Lyonnais

« J’avais clairement dit que nous n’en ferions pas partie parce que je pense que ce type d’organisation n’est pas compatible avec ce que souhaitent les supporters. Dans le football, toute équipe doit avoir sa chance. Il est l’un des rares sports où tout le monde peut battre tout le monde. Je ne crois pas à une ligue privée, quelle qu’elle soit. Je connaissais cette menace, mais je n’imaginais pas qu’elle aboutirait à ce qui nous a été infligé », a regretté le patron des Gones dans les colonnes du journal L’Equipe.

« JMA » dénonce le comportement d’Andrea Agnelli. Remplacé par Nasser Al-Khelaïfi à la tête de l’Association européenne des clubs, le président de la Juventus Turin avait donné son feu vert à la nouvelle réforme de la Ligue des champions, avant de faire machine arrière. « Oui, tout à fait. On s’était réunis l’avant-veille avec les principaux clubs, dont les douze à l’origine de cette Super Ligue, et il n’y avait pas eu d’opposants (…) La déception est immense sur l’homme. J’aurais au moins aimé qu’il dise, samedi ou dimanche, qu’il allait se passer quelque chose. Il avait sûrement de bonnes raisons, mais on ne les a pas connues… Ça crée un vrai problème de fond. J’ai le sentiment d’avoir été floué. »