Mercato OM, Milik : « Je suis très heureux ici »

L’attaquant de l’Olympique de Marseille, Arkadiusz Milik, s’est longuement confié pour Canal Plus sur sa situation avec le club des Bouches-du-Rhône.

Arkadiusz Milik, OM

Prêté depuis janvier dernier par Naples, avec option d’achat, le canonnier de 27 ans dément avoir réclamé son départ à l’issue de la saison 2020-2021. « Ce n’est pas la vérité. C’est ce que les médias disent, ce qu’ils inventent. Je n’ai jamais dit que je voulais quitter Marseille. Comme je vous ai dit tout à l’heure, je suis très heureux ici. Je me sens bien. Marseille m’a donné une chance dans un moment difficile. J’ai vraiment apprécié ça. Je suis heureux ici, je joue, je marque… »

« Le PSG ? Beaucoup de choses sont fausses »

Alors que le président Pablo Longoria se montre plutôt confiant sur le fait de le voir poursuivre l’aventure sur la Canebière, l’ancien joueur de l’Ajax Amsterdam précise : « La question était aussi : ‘Quels sont mes rêves ?’ En fait, en disant ça, je voulais dire que je suis quelqu’un d’ambitieux, qui veut grandir et devenir meilleur. Je pense que les gens ont mal interprété mes mots. Comme j’ai dit, je suis heureux à Marseille. Et bien sûr, mon rêve est de gagner la Ligue des champions et d’autres choses ! Peut-être que ça n’arrivera jamais mais c’est mon rêve ! Donc je travaille pour ça, et on verra bien. J’ai un contrat avec Marseille donc je le redis, je suis heureux ici, j’ai un contrat avec Marseille. Ça dépendra aussi du club. »

Auteur de 6 buts en 13 matches toutes compétitions confondues, le numéro 17 marseillais balaye la rumeur d’un intérêt du Paris Saint-Germain lancé par le journal italien Tuttosport : « Ils parlent beaucoup quand il s’agit de football. Beaucoup de choses sont fausses et sortent pour mettre la pression sur les clubs, les joueurs, les supporters… Vous savez, c’est du business. Le football c’est un grand business. Non. Encore une fois, le foot c’est du business. Nous on doit jouer au football mais bien sûr des gens au-dessus de nous ont besoin de faire de l’argent. C’est comme ça, il faut vendre des journaux, que les gens les lisent… C’est comme ça, il faut l’accepter. »