ASSE : le prince du Cambodge sort du silence sur la vente avortée

Longtemps pressenti pour le rachat de l’AS Saint-Etienne, le prince du Cambodge s’est exprimé sur l’échec des discussions et les accusations portées à son encontre par le club du Forez.

ASSE, Saint-Etienne, Geoffroy-Guichard, illustration

Après la publication d’un cinglant communiqué, Norodom Ravichak a pris la parole dans une interview accordée au journal L’Equipe. Il révèle l’existence de deux propositions transmises à la direction actuelle. “La première de 30 M€ en juin. Refusée. Puis, plus rien. La seconde de 60 M€, plus 40 M€ à injecter tout de suite dans l’actif du club, sous réserve de l’étude de la data room.”

ASSE, Saint-Etienne, Geoffroy-Guichard, illustration

Interrogé sur les spéculations ayant entouré cette seconde offre, le prince cambodgien dément toute irrégularité : “Je n’ai jamais émis ce document… Si quelqu’un a fauté, c’est celui qui a émis ce document, Prolan ou la Deutsche Bank.” Avant de poursuivre en ce sens : “Comme cette lettre n’a pas été utilisée pour entrer dans la data room, je ne vois pas comment il pourrait y avoir une tentative d’escroquerie. J’ai demandé à mon ambassade à Paris de vérifier : le club n’a pas porté plainte contre moi. Je voulais faire une dernière offre. À prendre ou à laisser. Mais le communiqué m’a coupé dans mon élan.”

Questionné sur la position de Bernard Caïazzo et Roland Romeyer, Norodom Ravichak avoue “s’être posé la question de savoir si les deux présidents veulent vraiment vendre.” Le président exécutif des Verts, Jean-François Soucasse, s’est néanmoins montré confiant pour une issue favorable avant la fin de l’année (en savoir plus).