OL-OM : Aulas ne veut pas payer pour les autres


Jean-Michel Aulas craint que la commission de discipline ne se montre très sévère avec l’OL, suite à l’incident qui a provoqué l’arrêt du match contre l’OM. Il met en garde l’instance sur le fait que les Lyonnais paient pour les autres, en raison d’un contexte défavorable.

Jean-Michel Aulas, OL

« On a eu un incident grave et on réitère nos vœux de meilleur rétablissement à Dimitri Payet, ainsi que nos excuses comme je l’ai fait déjà à plusieurs reprises. Pour nous il ne s’agit pas d’oublier ce qui s’est passé, mais d’expliquer qu’on est dans un cas fondamentalement différent des autres événements de début de saison, qui sont tout aussi intolérables. On voudrait vraiment expliquer pourquoi on ne peut pas être jugés de la même manière », déclare le président lyonnais dans les colonnes de L’Équipe. Il considère que l’OL a déjà été sanctionné : « On vient de prendre contre nous une mesure conservatoire, qui est aux antipodes de celles qui ont été prises depuis le début de saison. Sur le plan économique, ne pas rejouer le match dans les mêmes conditions aurait une incidence financière de plus de 3,5 ME, ce qui représenterait un préjudice énorme. On est dans le cas d’un individu qui n’est pas un supporter de l’Olympique Lyonnais, qui n’est pas dans nos bases de données. En revanche, comme nous avons investi dans un stade de 400 ME et que nous avons 400 caméras, nous avons pu l’identifier tout de suite. Et les stadiers sont venus l’intercepter pour le remettre aux forces de police. Il a été jugé en comparution immédiate, ce qu’on réclame depuis des années, il a été condamné, et cette fois sévèrement. Qu’est-ce que qu’on pouvait faire d’autre et de mieux ? »

« Je suis prêt à assumer un sursis en nombre de points et à démontrer qu’il n’y aura aucun incident »

Il souhaite que la rencontre OL-OM soit rejouée avec du public : « Je ne veux pas attaquer la Ligue, mais je ne veux pas payer pour les autres. Quand il y a des émeutes collectives et des envahissements de terrain, il faut des sanctions sportives, qui sont plus crédibles que la fermeture d’un virage. Moi, si on me permet de rejouer ici le match contre l’OM, ce qui serait logique, je suis prêt à assumer un sursis en nombre de points et à démontrer qu’il n’y aura aucun incident de ce genre », a-t-il encore ajouté.


La commission de discipline rendra son verdict le 8 décembre. Le précédent match arrêté, Nice-OM, a été rejoué sur terrain neutre, à huis clos. L’OGCN avait par ailleurs été sanctionné d’un point de retrait.

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Mercato

Dates mercato | Tableau Transferts L1 | Tableau Transferts L2

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)