Quel avenir pour les Sang et Or de Lens ?

Les supporters du RC Lens ne se font plus d’illusions. Il reste seulement quatre journées à disputer et leur équipe favorite compte neuf points de retard sur l’OGC Nice (17e) qui a la tête hors de l’eau pour l’instant.

Gervais Martel

En plus de cela, les Sang et Or ont une différence de buts catastrophique (-19 points) ce qui n’arrange pas leurs affaires même s’ils parvenaient à revenir à la hauteur des équipes qui ne sont pas dans la zone des relégables. Depuis le début de l’année 2011, les joueurs de Laszlo Bölöni n’ont gagné que trois petites rencontres en championnat contre l’AS Saint-Étienne (2-1), le Stade Malherbe de Caen (2-0) et le Montpellier-Hérault (1-4). Pour avoir un infime espoir de se sauver, ils doivent impérativement gagner leurs quatre derniers matches face aux Girondins de Bordeaux, à l’AS Monaco, à l’AC Arles-Avignon et enfin face à l’AS Nancy-Lorraine. Cas échéant, les Lensois auraient seulement 43 points… et donc même ce scénario ultra-optimiste ne suffirait sans doute pas à éviter la descente en Ligue 2.

Martel a déjà préparé un plan de relance

Après avoir cru au miracle pendant plusieurs semaines, le président Gervais Martel commence à comprendre que son club de coeur va une nouvelle fois replonger la tête la première dans l’antichambre du football français tout comme à l’issue de la saison 2007/2008… sauf que cette fois, c’est loin d’être une énorme surprise. “Elle est embêtante, mais moins dure à gérer. Nous n’étions pas prêts pour la première descente. Il faudra faire avec les droits télés qui vont passer de 22 millions d’euros à 7,5 millions. Que certains arrêtent de dire que si nous ne nous maintenons pas en L1, nous descendrons en National. C’est faux. Si le club descend en L2, nous devrons nous adapter. Il n’y aura pas un tsunami avec 50% des gens licenciés”, a promis le patron des Sang et Or pendant une interview diffusée par France Football.

A priori, l’entraîneur Laslo Bölöni ne devrait pas rester au RC Lens la saison prochaine. En effet, Gervais Martel prévoit de remodeler le staff de l’équipe première. “J’ai besoin d’avoir une discussion, du temps pour réfléchir, de voir si nous sommes encore sur la même longueur d’onde. Il y aura sûrement une réorganisation sportive. C’est indéniable. J’ai besoin qu’au niveau de l’assise sportive, on reparte avec de l’EPO dans les veines de tout le monde, avec des gens qui s’investissent à 3000%”, a-t-il précisé. A la fin du mois d’avril, le nom de Jean-Louis Garcia (SCO d’Angers) est sorti un peu de nulle part et le président artésien avait fait valser cette rumeur. Dans tous les cas, il devrait y avoir une foule de techniciens plus ou moins renommés qui feront acte de candidature afin de relever une nouvelle fois ce monument du football français qui est en péril depuis déjà plusieurs années.

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement