Aulas, le mercato et le dilemme Puel

Maintenant que l’Olympique Lyonnais a réussi à obtenir son ticket pour le tour préliminaire de la Ligue des champions, les gestionnaires rhodaniens savent à quoi s’en tenir en vue du mercato estival.

Jean-Michel Aulas veut serrer les boulons ! Le président des Gones a reconnu implicitement lors de son intervention médiatique sur la chaîne OLtv qu’il ne pourra pas faire de folies pendant le marché des transferts. L’époque dorée des transferts cinq étoiles (22 millions pour Yoann Gourcuff, 24 millions pour Lisandro Lopez…) n’est plus vraiment à l’ordre du jour du côté de Gerland. “On a vécu un peu au-dessus de nos moyens. Désormais, il faut raisonner à trois ans avec la perspective du stade… On ne peut pas imaginer que nous allons vendre nos vingt-cinq internationaux. Il y aura quatre ou cinq départs et s’il faut renforcer le groupe, on le fera. On a déjà pris quelques contacts. Et évidemment, on doit pouvoir compter sur une quinzaine de jeunes, tous internationaux”, a analysé le patron de l’OL. Comprenez que Jean-Michel Aulas table désormais sur la stabilité et sur les joueurs formés sur les bords du Rhône ce qui n’a pas forcément été le cas ces dernières années.

Bien entendu, l’entraîneur Claude Puel pourrait faire les frais de ses résultats mi-figue mi-raisin obtenus lors de cette saison 2010/2011. En plus de cela, le technicien est pris en grippe par une partie des supporters rhodaniens comme en attestent les chants, les banderoles… voire même les tags honteux inscrits sur les murs de son ancien domicile. “Je l’ai vu lundi après-midi longuement et je dois l’avoir au téléphone mercredi prochain afin d’avancer dans nos réflexions et dans le bilan. La semaine prochaine, malheureusement, je ne suis pas en France, je suis à l’étranger. Il faut se fixer d’ici une quinzaine de jours pour que les choses se décantent complètement. Les décisions prises seront en harmonie avec le droit social”, a souligné l’homme fort de Lyon. Qui dit droit social, dit forcément indemnités de licenciement dans ce cas précis… En réalité, Jean-Michel Aulas veut que l’ex-coach du Lille OSC accepte de résilier son contrat à l’amiable pour limiter la casse sur le plan financier.

Garde-Lacombe, le ticket gagnant ?

Son fidèle bras droit, Bernard Lacombe, va avoir encore plus de pouvoirs dans les semaines à venir. “Je travaille avec Bernard Lacombe qui sera plus sur le devant de la scène. Je vais lui déléguer des responsabilités supplémentaires. Il faut faire le bilan.” Bien entendu, le conseiller du président a déjà insisté fortement pour que Claude Puel soit remplacé par le directeur du centre de formation Rémi Garde. Ce dernier connaît très bien la maison lyonnaise et il possède l’immense avantage d’être soutenu par la majorité des des membres du staff actuel… même s’il n’a jamais entraîné un club au plus haut niveau. Après s’être appuyé pendant de nombreuses années sur des techniciens venus d’ailleurs, la révolution lyonnaise pourrait aboutir sur une nomination interne pour remettre au goût du jour les valeurs du club qui ont été bafouées ces derniers mois. Le nouveau Lyon est en train de voir le jour avec un appétit féroce.

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement