Bilan mercato Serie A (2/5) : Inter Milan

Après avoir parlé du mercato du Milan AC, champion d’Italie en titre, place à présent au dauphin des Rossoneri, l’Inter Milan, qui a connu plusieurs changements au cours de l’été.

Gian Piero Gasperini

La tête dans les étoiles à l’issue de la saison 2009/2010 avec un quadruplé historique (Ligue des champions, Scudetto, Coupe d’Italie, Coupe du monde des clubs), l’Inter Milan a vécu un exercice 2010/2011 moins reluisant avec tout de même une seconde place en Serie A et une nouvelle Coupe d’Italie. Un bilan moyen au vu du standing du club intériste, suffisant pour justifier les mouvements effectués au cours du mercato.

Le départ inattendu de Leonardo

Arrivé à la mi-saison à l’Inter Milan après avoir quitté le club de Silvio Berlusconi quelques mois plus tôt, l’ancien meneur de jeu brésilien avait pour mission de redresser la barre du côté des Nerazzurri. Comptant treize points de retard sur l’AC Milan en janvier, les coéquipiers de Wesley Sneijder ont relancé la machine à victoires, revenant un temps à deux points de leurs rivaux, avant de finir à six points des Rossoneri, triomphant de Palerme en finale de la Coupe d’Italie mais chutant lourdement contre Schalke 04 en quarts de finale de la Ligue des champions.

Malgré un bilan loin d’être phénoménal à l’issue de ses cinq mois à la tête des champions d’Italie 2010, Leonardo a assurément ramené une stabilité et une efficacité que Rafael Benitez, de passage entre José Mourinho et Leonardo, n’a jamais vraiment connue en Lombardie. C’est donc en pleine reconstruction de l’effectif milanais que le Brésilien a quitté en juillet ses fonctions au sein de la formation de Massimo Moratti, rejoignant le Paris Saint-Germain pour un poste de directeur sportif aux pleins pouvoirs, mais surtout laissant derrière lui un travail tristement inachevé. Un départ qui n’a évidemment pas facilité le mercato intériste, malgré les efforts abattus par le nouvel entraîneur Gian Piero Gasperini…

Sneijder, l’épine dans le pied de l’Inter

Déjà agité par le nouveau changement à la tête de l’équipe première, le mercato des Nerazzurri a également été très turbulent à cause d’un dossier Sneijder particulièrement éprouvant. Homme providentiel en 2009/2010 lors de l’épopée historique du club lombard, le milieu offensif néerlandais, moins en vue la saison précédente, conserve une cote intacte sur le Vieux Continent, notamment depuis une Coupe du monde de haute voltige avec les Pays-Bas (5 buts en phase finale et une place de vice-champion du monde à l’issue d’une défaite contre l’Espagne).

Annoncé à maintes reprises sur le départ pour Manchester United, le joueur hollandais n’a rien arrangé, se livrant à un enchaînement de déclarations contradictoires, l’envoyant un jour en Premier League avant d’annoncer le lendemain sa décision de rester en Italie. Ne sachant guère sur quel pied danser à son sujet, les dirigeants de l’Inter ont longtemps jonglé entre recherche d’un successeur potentiel et préparation d’une saison avec possibilité de s’appuyer sur le talent de l’ancien Merengue. Finalement resté à Milan, Wesley Sneijder, piégé sur le plan de la communication, pourra regretter d’avoir donné du fil à retordre à ses supérieurs…

Samuel Eto’o, une perte inestimable

Arraché au FC Barcelone il y a deux saisons, Samuel Eto’o constituait sans aucun doute la meilleure arme offensive des Nerazzurri sur ces deux dernières années. Auteur de 53 buts toutes compétitions confondues en 101 apparitions avec la tunique bleue et noire, le buteur camerounais de 30 ans a grandement contribué à la saison 2009/2010 tout simplement magique, participant également activement au renouveau intériste de janvier à mai dernier. Auréolé de titres en Lombardie comme il l’a été au FC Barcelone, Eto’o risque fort de donner de sérieux regrets aux supporters de San Siro.

En effet, après deux saisons de bons et loyaux services, le joueur a choisi de plier bagages, donnant à sa carrière une nouvelle tournure en cédant aux sirènes financières de l’Anzhi Makhachkala, club russe qui lui a fait un pont d’or pour le convaincre. Aujourd’hui dans l’anonymat de l’Europe de l’Est, Samuel Eto’o restera longtemps comme l’un des tous meilleurs attaquants que le club milanais a compté dans ses rangs ces dernières années, si ce n’est le numéro 1 à son poste, essentiellement grâce à ses nombreuses réalisations, mais aussi grâce à son mental exemplaire et à son expérience indéniable.

Un vétéran part, des jeunes aussi

N’en déplaise aux deux super-stars évoquées ci-dessus, d’autres joueurs importants risquent de manquer à l’Inter Milan. En effet, même si son temps de jeu la saison dernière (8 matches) n’a pas de quoi faire frémir les supporters, Marco Materazzi, héros célèbre de la finale de la Coupe du monde 2006, risque de laisser un vide dans son club après dix saisons de fidélité. Dans le même temps, le prometteur défenseur italien de 20 ans, Davide Santon, est parti de Lombardie et même d’Italie, relevant un challenge ambitieux en Premier League grâce à sa signature à Newcastle.

Deux autres joueurs comptent parmi les tristes absents pour la saison 2011/2012, à savoir le milieu offensif kényan McDonald Mariga. A 22 ans, le colosse (1,88m, 86kg) aux 22 sélections avec son pays natal, a été prêté avec option d’achat à la Real Sociedad où Philippe Montanier semble apprécier ses qualités et être prêt à le relancer après l’échec constitué par l’expérience milanaise. Pour finir, deux mots sur Mattia Destro, jeune attaquant de 20 ans à qui on promet déjà un bel avenir, qui est parti chercher du temps de jeu à Sienne, poussant le club toscan à débourser 6 millions d’euros pour finaliser son transfert.

Un mercato somme toute bien mené

Outre le transfert dommageable de Samuel Eto’o, les dirigeants de l’Inter Milan peuvent s’enorgueillir d’avoir bien géré le mercato estival. Compensant la perte de leur serial-buteur camerounais par les arrivées de Diego Forlan et de Mauro Zarate, respectivement en provenance de l’Atletico Madrid et de la Lazio Rome, les vice-champions transalpins ont assurément renforcé leur attaque, d’autant plus que le goleador argentin très en vue lors de la saison 2009/2010, Diego Milito, compte toujours dans l’effectif professionnel dont dispose Gian Piero Gasperini.

Parallèlement aux renforts apportés à son attaque, le nouveau coach milanais peut se féliciter d’avoir obtenu de la Sampdoria de Gênes, le prêt du milieu axial Andrea Poli, considéré à 21 ans comme un élément plus que prometteur. Le jeune milieu gauche argentin Ricardo Alvarez, qui a montré un sérieux potentiel la saison précédente en Amérique du Sud avec le club de Velez Sarsfield, est à coup sûr une autre jolie prise. On peut également parlé du gardien Emiliano Viviano, international italien de 25 ans, parti de Bologne contre un chèque de 4 millions d’euros et doublure de qualité pour Julio César. Enfin, parlons de l’attaquant de 18 ans arraché au Feyenoord Rotterdam, Luc Castaignos, auteur l’an passé de 15 buts en 34 matches d’Eredivisie, ainsi que le latéral droit de 25 ans, Jonathan Cicero, acheté au prix fort (5,5 millions d’euros) au club brésilien de Santos.

Voir par ailleurs :

Bilan mercato Serie A (1/5) : Milan AC

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)