Nantes : I. Cissokho évoque le mercato de son frère à Lyon

La 6e journée de Ligue 2 débute ce vendredi, avec en affiche la rencontre entre Nantes et Le Mans. Issa Cissokho, le latéral gauche des Canaris, est revenu sur le début de saison de son équipe pour Sport.fr. Il évoque également sa relation avec son frère, Aly, plus en vue du côté de Lyon, ou sa volonté de jouer pour le Sénégal, son pays d’origine.

Issa Cissokho

Ce n’est pas difficile d’être en quelque sorte dans l’ombre de votre petit frère, Aly, qui joue à Lyon ?
(Rires) Dans la famille, ce n’est que du bonheur. Franchement, ça ne me dérange pas. Tant qu’il est heureux à Lyon et qu’il s’épanouit, c’est une chance. Je suis très content de lui. Il n’y a aucune jalousie ou quoi dans la famille, que de la fierté. On s’appelle très souvent avec Aly, ou on joue en réseau à Fifa. Ça va, je le bats à ce jeu. Enfin j’essaie, car il n’est pas mal avec Manchester (rires).

On a beaucoup parlé d’Aly et de son départ de Lyon cet été. L’avez-vous conseillé durant cette période ?
C’est vrai qu’on a pas mal parlé de lui. Il était un petit peu bouleversé, car on lui avait dit de pourquoi pas trouver un club s’il le pouvait… Aly a essayé de trouver quelque chose. Je pense qu’il y était parvenu, notamment en Angleterre, à Liverpool. La piste s’est refroidie ensuite. Ça a été assez sérieux avec Newcastle aussi, mais ça ne s’est pas fait car Lyon n’a pas voulu le laisser partir. Il est donc resté à l’OL. Mais il est content d’y être, il n’est pas malheureux. Je lui ai dit : “Aly, Lyon c’est quand même la Ligue des champions, tu t’entends bien avec les joueurs et les dirigeants”. Donc voilà, il était content de rester finalement.

Retrouvez l’intégralité de l’interview sur sport.fr

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)