Pastore délivre le PSG !

Le PSG s’est imposé devant Brest (1-0), ce dimanche, en clôture de la 5e journée de Ligue 1. Petit bras tout au long de la partie et bousculé par une séduisante équipe de Brest, du moins en première mi-temps, le club de la capitale s’en est remis à une superbe inspiration de Pastore, pour son premier but sous les couleurs parisiennes (68e). Un succès qui permet à Paris de se replacer au pied du podium.

Javier Pastore

Paris a peut-être trouvé son messie. Javier Pastore a permis ce dimanche au PSG de se tirer du traquenard que lui a tendu Brest, en clôture de la 5e journée (1-0). Poussifs, peu inspirés et bien bousculés par leurs visiteurs, les Parisiens n’ont pas vraiment séduit. Mais ils ont eu une nouvelle preuve, s’il en fallait, que Pastore pouvait faire basculer une rencontre à lui tout seul. Il y a deux semaines, l’Argentin avait lâché deux passes décisives pour renverser la vapeur à Toulouse (1-3). Cette fois, il s’est chargé tout seul de donner la victoire à Paris. Très en vue à son poste de meneur de jeu dans le 4-2-3-1 instauré par Antoine Kombouaré, le joueur le plus cher de l’histoire de la L1 était ainsi à la réception d’un centre de Ménez après un festival de ce dernier. Avec classe, il piquait parfaitement son ballon pour prendre à contre-pied Elana pour extirper le PSG d’une sacrée situation (1-0, 68e).

Car avant ça, Paris avait déçu. Et Brest avait agréablement surpris. Toujours invaincus avant cette rencontre (4 matchs nuls), les Bretons ont dominé les débats en première mi-temps. Leur jeu de passe rapide a fait souffrir les Parisiens. Lugano a ainsi eu l’occasion de faire admirer sa solidité à plusieurs reprises, récoltant au passage son premier avertissement pour son baptême de feu avec le PSG. Poyet (20e) et Ben Basat (36e) notamment avaient fait passer un frisson dans les travées du Parc des Princes. Petit bras, sans vraiment d’inspiration, à l’image de Matuidi, perdu dans l’entrejeu, ou Gameiro, qui ne parvenait pas vraiment à combiner avec ses milieux de terrain, le club de la capitale a longtemps patiné. Seul Pastore, déjà, avait vraiment inquiété Elana sur ses tirs (23, 57e), ou ses services bien sentis pour Bodmer (39e) ou Gameiro (50e). Devant le manque de réalisme de ses coéquipiers, et profitant du fait que Brest a sensiblement baissé le pied en seconde mi-temps, l’Argentin s’est donc chargé tout seul de finalement faire la différence.

Pastore ne sera toutefois pas toujours là pour cacher les difficultés du PSG. Toujours en rodage il est vrai, toutes les recrues se découvrant au fil des semaines, le club de la capitale a été bougé par Brest. Seule la victoire comptera finalement. Paris est 4e, à seulement deux longueurs du leader Montpellier et à égalité avec Lille et Lyon, autres favoris, pendant que l’OM se traine à l’issue de cette 5e journée. Javier Pastore, quant à lui, s’affirme un peu plus à chacune de ses sorties, à l’image de ce premier but sous ses nouvelles couleurs. Et c’est bien ça que l’on retiendra ce dimanche côté parisien…

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement