Des vendanges sans saveur pour Bordeaux ?

A l’instar d’un Olympique de Marseille en crise et sous pression face à Evian-Thonon-Gaillard mercredi, les Girondins de Bordeaux reçoivent le champion de France en titre, Lille mardi soir en match avancé de la 7e journée de Ligue 1, à Chaban-Delmas, au pire des moments. Entre crises internes, résultats catastrophiques et un président sans réponse, le mal semble profond du côté du Haillan.

Francis Gillot

Sale temps pour les ex-champions de France. Alors que Lille connaît quelques petits accrocs la faute à une défense moins impériale que l’an passé, Marseille et Bordeaux traversent une incroyable crise sportive. Si celle du côté du centre Robert-Louis Dreyfus a surgi sans crier gare, celle du Haillan était plus que prévisible, les Girondins ne tournant pas rond depuis une saison et demie. Avec les départs conjugués de Souleymane Diawara, Marouane Chamakh, Yoann Gourcuff ou encore Laurent Blanc, le club au scapulaire n’est pas parvenu à combler le vide. Recrutant des joueurs de qualité moindre – doux euphémisme -, Bordeaux est embourbé dans une spirale infernale.

Et quand bien même l’espoir revient le temps d’une mi-temps, à Toulouse en l’occurrence, tout s’écroule comme un vulgaire château de cartes en 48 minutes, exactement. Alors que tous les voyants étaient, pour une fois, au vert, Cédric Carrasso est sorti du vestiaire décontenancé pour on ne sait quelle raison. Conséquence direct sur l’équipe qui encaisse deux buts, le gardien numéro 3 des Bleus qui voit rouge après un plaquage en bonne et due forme sur Franck Tabanou que n’aurait pas renié Thierry Dusautoir et, cerise sur le gâteau, but d’Emmanuel Rivière à la 93e minute sur une perte de balle de Grégory Sertic dans la surface adverse… Excédés, les supporters bordelais n’ont pas hésité à montrer leur mécontentement lors du décrassage au Stadium et aussi par le biais de vidéos humoristiques à l’encontre de Mickael Ciani notamment (Voir par ailleurs)

Triaud sans solution

Un retournement de situation que le président Jean-Louis Triaud n’a su expliquer en conférence de presse lundi : “Je me pose des questions. On maitrisait le match. Puis dans l’adversité, on panique un peu. On manque de sang-froid et peut-être aussi d’intelligence tactique. C’est vite la panique. A ce stade, on ne peut rien faire. C’est aux joueurs de se prendre en charge, de réagir collectivement. Cela fait dix-neuf mois qu’on cherche des excuses externes. Peut-être faudrait-il que les joueurs se remettent un peu en cause. Qu’il y ait plus de professionnalisme.” Désormais, Bordeaux se retrouve à une inconfortable 13e position, à deux points du premier relégable, avec une victoire, trois nuls et deux défaites. Un bilan comptable plus que moyen, mais surtout, un fond de jeu inexistant, en témoigne le piteux match nul contre Evian (0-0) à Chaban la semaine dernière.

Avec un Carrasso suspendu de fait contre les Dogues, Francis Gillot pourrait titulariser le jeune Abdoulaye Keita, qui avait arrêté le penalty à Toulouse. Aussi, Ciani, vivement critiqué, pourrait faire les frais de son indigence sur le terrain et regarder la rencontre depuis le banc de Chaban-Delmas, remplacé par Vujadin Savic, auteur de bonnes prestations avec la réserve girondine. Au pied du mur depuis le début de la saison, Francis Gillot n’a pas trente-six mille solutions sous la main et devra faire avec les moyens du bord, c’est à dire peu. Mais l’ancien Sochalien, lucide sur l’état actuel de la maison bordelaise, en est conscient et sait que cette année risque d’être galère à bien des égards. Pronostiqué perdant par tous les observateurs contre le Losc, Bordeaux serait bien inspiré de remettre le “bleu de travail” comme l’a invité Triaud en conférence de presse, afin d’éviter que la cuvée 2011-2012 soit une énième piquette…

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)