Le Missile Patriot veut cartonner en Ligue 1 !

Après une première expérience en France de huit mois et demi à Auxerre, Jung Jo-Gook a accepté de rejoindre Nancy dans le cadre d’un prêt jusqu’à la fin de la saison. En Lorraine, l’attaquant a bien sûr retrouvé l’entraîneur Jean Fernandez… qui était auparavant sur le banc bourguignon ! Son objectif est de devenir un des meilleurs buteurs de Ligue 1.

Jung Jo-Goo

Une adaptation en partie réussie. A 27 ans, Jung Jo-Gook a visiblement envie de rester quelques années dans l’Hexagone. Pour faciliter son intégration, l’international sud-coréen souhaite apprendre au plus vite à parler notre langue. “J’ai encore beaucoup de choses à apprendre pour comprendre toute une conversation et pour parler moi-même. Je pense que je vais plus vite progresser à Nancy. Je vais recommencer les cours deux à trois fois par semaine. J’espère que je pourrai m’exprimer en français le plus tôt possible, je sais que c’est important pour être totalement adapté à la vie d’ici”, a reconnu le buteur asiatique d’après L’Est Républicain.

Même si le choc des cultures est conséquent entre la France et la Corée du Sud, le joueur qui a longtemps évolué au FC Séoul n’hésite pas à goûter toutes les bonnes choses dans notre pays ! “Je ne suis pas difficile et j’aime beaucoup de choses de la cuisine française, j’ai déjà mangé par exemple des escargots et des cuisses de grenouilles ! Mais chez moi, je continue la nourriture sud-coréenne depuis que je suis en France. On achète des produits en grosse quantité dans des magasins spécialisés à Paris, la famille nous en envoie aussi, Le vin ? Je ne bois pas beaucoup d’alcool mais j’ai bien sûr goûté le Chablis à Auxerre !”, a-t-il révélé. Ce dernier élément fera sans doute plaisir à un certain Guy Roux !

Jo-Gook veut illuminer la Ligue 1

A contrario d’autres footballeurs professionnels, Jung Jo-Gook est assez casanier et cela ne le dérange pas de vivre dans une ville moyenne comme Nancy. “Je ne sors pas beaucoup, j’aime être chez moi. Ça ne m’a pas dérangé de passer d’une capitale comme Séoul à une petite ville comme Auxerre. Là-bas, ils ne connaissent pas les embouteillages au moins ! Nancy, c’est plus grand mais ce n’est pas trop grand. Je me sens déjà bien ici”, a-t-il souligné. Par ailleurs, l’attaquant de l’ASNL a indiqué que dans son pays d’origine, les observateurs lui ont donné un surnom original : “Missile Patriot” pour une raison précise. “En Corée du Sud, on m’a surnommé Missile Patriot parce que je frappe fort et que Jo-Gook signifie pays natal en coréen. Les gens ont fait un mélange de tout ça pour trouver ce surnom”, a-t-il expliqué.

Depuis le mois de janvier 2011, le natif de Séoul a eu le temps de prendre en compte les exigences de la Ligue 1. “Les défenses sont beaucoup plus regroupées (que le championnat sud-coréen). Ça va aussi plus vite, c’est plus athlétique mais le jeu pratiqué ici me convient, il n’y a pas de souci”, a-t-il assuré. Afin de contribuer au maintien au club au chardon dans l’élite du football français. Jung Jo-Gook espère marquer au moins 10 buts en championnat ! “Je pense d’abord aux résultats de l’équipe. J’espère apporter le plus possible à mes coéquipiers et au coach Jean Fernandez qui a confiance en moi. À la fin de la saison, j’espère que mon total de buts sera à deux chiffres. Ce ne sera pas facile mais il faut avoir de l’ambition pour réussir”, a-t-il fait remarquer. Le “Missile Patriot” saura-t-il faire briller les yeux des supporters au stade Marcel Picot ?

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)