Villas-Boas, une longévité énorme à Chelsea ?

L’été dernier, le board de Chelsea avait pris la décision de laisser partir le manager italien Carlo Ancelotti. Pour le remplacer, les dirigeants anglais s’étaient concertés avant de choisir André Villas-Boas qui venait de tout gagner avec Porto (Ligue Europa, Liga Sagres, Coupe du Portugal…).

André Villas-Boas

S’inscrire dans la durée. En trois mois et demi, le coach portugais a déjà réussi à marquer son territoire chez les Blues. Ses joueurs ont bien compris (notamment Frank Lampard qui a ciré le banc pendant quelques matches) qu’il n’est pas du genre à faire des cadeaux. Exit le statut d’intouchable ou les privilèges, le Group One aligne sur le terrain les onze meilleurs joueurs du moment. Pour le moment, tout se passe plutôt bien au niveau des résultats. Le club londonien a seulement trois points de retard sur Manchester United et Manchester City en Premier League (3e place, 16 points) et le parcours en Ligue des champions (4 points sur 6) est pour l’instant satisfaisant. Les Blues n’ont perdu qu’un match toutes compétitions confondues face à Manchester United le 18 septembre dernier (3-1, 5e journée du championnat).

De toute évidence, les gestionnaires de Chelsea se frottent les mains d’avoir fait signer André Villas-Boas. En dépit de son jeune âge (33 ans), le Portugais n’a pas tardé à trouver ses marques. Le président Bruce Buck pense que le septième entraîneur de l’ère Roman Abramovitch pourrait bien rester très longtemps à Stamford Bridge. “Il est peut-être le bon gars pour travailler 10 ou 15 ans au club. Tout le monde disait que son jeune âge aurait pu poser des problèmes mais ce n’est pas le cas. Il a prouvé qu’il est capable d’avoir des relations saines avec les joueurs. C’est un type très organisé qui comprend très bien le football”, a confié le patron de l’écurie anglaise d’après Sky Sports.

Une politique axée sur la Youth Academy

Afin de faire aussi bien que Sir Alex Ferguson (25 ans de longévité à Manchester United) ou encore Arsène Wenger (15 ans à Arsenal), André Villas-Boas devrait s’appuyer fréquemment sur la Youth Academy (le centre de formation) au fil de la saison. “Le problème c’est qu’on a payé des indemnités de transfert très élevées pour avoir des nouveaux joueurs. Pour être honnêtes, nous n’avons pas eu le succès escompté. Les maths c’est assez simple. Si un ou deux joueurs de l’Academy peuvent monter en équipe première chaque année, cela permettra d’économiser 10, 20 voire même 30 millions d’indemnités de transfert”, a expliqué Bruce Buck. Chelsea joue désormais clairement la carte jeunes à tous les niveaux !

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)