Pape Diouf passe au crible l’actualité de l’OM… et la sienne

L’ancien président de l’Olympique de Marseille, Pape Diouf, suit toujours de très près la situation du club provençal. L’homme d’affaires a parlé de Didier Deschamps, José Anigo, Vincent Labrune, des déclarations récentes de Margarita Louis-Dreyfus mais aussi de son futur pendant un entretien publié dans le journal Le Parisien.

Pape Diouf

Ne pas accabler Deschamps. La quinzième place en Ligue 1 occupée actuellement par l’OM est vraiment inquiétante aux yeux de Pape Diouf. Mais ce dernier reste optimiste car il est convaincu que l’équipe phocéenne peut relever la tête en championnat. “J’ai plus souvent le rictus du supporter mécontent que le sourire du supporter épanoui. Mais je reste confiant, je n’exclus pas complètement que l’équipe puisse taquiner le podium en fin de saison. Cela ne m’étonnerait pas.” Pour lui, il serait injuste de pointer du doigt l’entraîneur Didier Deschamps qui fait, à son avis, un boulot remarquable.

“A qui la faute, actuellement ? Je constate que Deschamps, à qui on veut faire porter tout le chapeau, a permis au club de gagner des titres ces deux dernières saisons. Il faut, à vouloir déterminer des responsabilités, approfondir cette recherche et ne pas la limiter à Deschamps”, a préconisé Pape Diouf. Apparemment, ce dernier n’a pas grand chose à dire au sujet du directeur sportif José Anigo qui n’était déjà pas sur la même longueur d’ondes que lui au moment de leur collaboration. “Je n’ai pas de relation particulière avec lui. Les circonstances ont fait qu’il mène sa vie et moi la mienne. Il n’y a rien à dire là-dessus”, a-t-il souligné. En revanche, Pape Diouf a révélé que ses relations avec le président Vincent Labrune se sont nettement améliorées depuis le début de l’année.

“Il avait souhaité renouer avec moi lors de la remise du Ballon d’or à Zürich, en janvier dernier. On s’était trouvé l’un face à l’autre. C’était une manière de se défier, cette période est passée. Il m’a encore appelé récemment pour me dire : Pape, très franchement, nous avons été injustes quand nous t’avons reproché une masse salariale trop importante. Au contraire, tu en avais une maîtrise parfaite. Qu’il l’ait reconnu et souligne ma gestion aujourd’hui, cela l’honore et permet de rétablir les choses.” Au sujet des déclarations de la propriétaire de l’OM, Margarita Louis-Dreyfus, qui laissait entendre qu’elle envisageait de revendre le club, Pape Diouf a indiqué que cette possibilité n’est pas vraiment d’actualité conformément aux démentis qui se sont succédés à la Commanderie.

L’OM n’est pas -encore- à vendre

“Pour moi, les événements récents sont une tempête dans un verre d’eau. Quand le PSG était sur le marché, on le savait pertinemment dans le milieu. L’expression utilisée par Margarita Louis-Dreyfus ne signifie pas : je vais vendre. Maintenant, si demain des gens se présentaient avec un projet sérieux et des moyens colossaux, je ne sais pas quelle serait la décision de Margarita”, a-t-il nuancé. A la question de savoir s’il pourrait, lui et des investisseurs fortunés, reprendre les commandes de l’Olympique de Marseille, Pape Diouf a balayé cette hypothèse d’un revers de main. “Si avec vous, nous trouvons des milliardaires prêts à s’engager et que la propriétaire veut effectivement vendre, allons-y (sourires). Non, je n’envisage pas cette perspective, ce n’est pas dans mes projets”, a-t-il assuré.

En revanche, la perspective d’entrer en piste au Paris FC (13e de National) ne le laisse pas indifférent même si rien n’est fait. “J’ai rencontré le cinéaste Luc Besson, qui souhaitait s’engager dans le football, notamment pour des raisons sociales. Nous avons discuté à bâtons rompus. Et c’est vrai qu’il m’a dit que s’il entrait un jour dans ce milieu, il souhaiterait vivement que ce soit avec moi. Je lui ai répondu que nous n’en étions pas là, mais que nous pouvions rester en contact”, a-t-il confié. Pour l’heure, force est de constater que Pape Diouf n’est pas encore disposé à occuper le fauteuil de président au sein d’une écurie de football professionnelle. Son éviction de l’OM le 17 juin 2009 l’a fortement marqué et il n’est pas question pour lui de se lancer aveuglément dans un nouveau projet s’il ne bénéficie pas de garanties. L’avenir nous dira si oui, ou non, l’homme d’affaires pourrait de nouveau jouer un rôle dans le championnat de France !

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)