Rennes avec une équipe bis contre le Celtic

Une nouvelle fois, Frédéric Antonetti a décidé de se passer des services de certains joueurs clés de son effectif, à commencer par Yann M’Vila, en Europa League. Rennes, à l’image du PSG notamment, prouve de nouveau que les clubs français ne jouent pas la Ligue Europa à fond.

M'Vila

Voir un club français ne pas jouer la C3 à fond deviendrait presque une habitude. Ce jeudi, pour défier les Ecossais du Celtic Glasgow, l’adversaire a priori le plus abordable de ce groupe I d’Europa League pour Rennes, qui plus est à la maison, l’entraîneur du club breton Frédéric Antonetti a encore une fois décidé de ne pas faire jouer certains joueurs clés de son effectif habituel. Yann M’Vila, qui n’avait pas commencé la rencontre en tant que titulaire lors de la précédente journée contre l’Atlético Madrid, ne fait cette fois même pas partie du groupe appelé par le Corse. Non pas que l’international français, probablement le footballeur le plus important du groupe rennais, soit blessé, ou que Rennes soit certain de l’emporter sans lui et puisse se permettre de se passer de son talent face à une petite équipe, mais simplement parce que le technicien préfère le conserver pour les prochaines échéances du club en L1.

Une habitude avec les clubs français

Cette sous-considération de la moins prestigieuse des Coupes d’Europe n’est néanmoins pas spécifique à Rennes. Rien que cette année, le PSG en fait autant, et même de manière bien plus poussée, puisque Kombouaré utilise l’Europa League pour offrir du temps de jeu à certains éléments qui en manquent cruellement en championnat, comme Nicolas Douchez ou Mevlut Erding par exemple. Mais cette saison 2011-2012 n’en est qu’une de plus dans une longue série d’exemples. L’an passé, lille OSC s’est fait sortir de la compétition face au PSV, alors que Rudi Garcia n’avait pas aligné plus de trois titulaires habituels de son équipe-type. Quant à Paris, le club laissait déjà filer la C3 sous les ordres de Paul Le Guen, et n’a pas changé de mentalité depuis. Rennes peut évidemment s’imposer face au Celtic Glasgow sans Yann M’Vila ou Georges Mandjeck, lui aussi laissé au repos, mais la question réside plus sur l’envie que sur la capacité de le faire. En se passant de son meilleur élément, le club breton prouve qu’il ne jette pas toutes ses forces dans la bataille, et c’est bien dommage. A chercher l’élimination dans un tel groupe (Celtic, Atletico, Udinese), les Rouge et Noir vont l’obtenir sans problème.

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)