Lille a le droit d’y croire en Ligue des champions !

Lille est revenu de Russie avec un précieux succès contre le club russe du CSKA Moscou (0-2), en match avancé de la 5ème journée du groupe B de la Ligue des champions. Berezoutski contre son camp puis Sow ont permis aux Dogues de totalement se relancer dans la course à la qualification pour les 8èmes de finale. Lille à la relance.

Moussa Sow

Mal embarqués dans le groupe B après deux matchs sans succès et une double défaite contre l’Inter, les champions de France ont enfin remporté leur premier succès en Ligue des Champions aux dépens d’une équipe du CSKA Moscou bien décevante sur son terrain. Pour cette rencontre importantissime, Rudi Garcia avait décidé de faire confiance à son trio d’enfer Hazard ‘ Sow ‘ Cole sur le front de l’attaque tandis que le jeune Idrissa Gueye était préféré à Pedretti dans l’entrejeu.

En manque d’efficacité offensive depuis plusieurs rencontres, les Dogues commençaient la partie sur un bon rythme, sans néanmoins se montrer dangereux contre une formation du CSKA bien regroupée et qui opérait en contre avec son Brésilien Vagner Love, en l’absence de Seydou Doumbia, suspendu. Si la pelouse synthétique du Stade Loujniki ‘ à l’affluence très clairsemée – semblait sied à la perfection aux Dogues, la domination des Nordistes était stérile malgré un excellent Hazard.

La “Bûche” touche du bois

Il fallait en effet attendre le quart d’heure de jeu pour voir les Lillois en action, avec un bon travail du Belge qui servait Joe Cole dans la surface, mais la tentative trop molle de l’Anglais était stoppée sans aucun souci par Gabulov (15e). Cinq minutes plus tard, la domination lilloise était à deux doigts de se concrétiser après une violente reprise de volée de Debuchy, monté aux avant-postes, qui trouvait la barre moscovite (19e). Où la “Bûche” – surnom du latéral droit lillois – qui touchait du bois, un comble.

Le CSKA, si discret jusque-là, réagissait peu avant la demi-heure de jeu avec’ Rozehnal qui était tout proche de marquer contre son camp sans une intervention réflexe de Landreau (28e). Hormis cela, les Moscovites n’avait pas frappé une seule fois pendant 45 minutes dominées de la tête et des épaules par les Français (58% de possession), l’absence de Doumbia aux avant-postes se faisant clairement ressentir. Lille aurait même pu ouvrir la marque si Sow, puis Béria, n’avaient pas manqué de réalisme sur une double action (39e). Les deux équipes retrouvaient finalement les vestiaires dos à dos.

La chance sourit enfin à Lille

De retour sur le terrain synthétique, Lille continuait son travail de sape en pressant haut le CSKA, toujours aussi mal à l’aise sur le terrain artificiel. Et cela finissait par porter ses fruits sur une énième offensive nordiste. Sur un bon ballon de Balmont à destination de Sow dans la surface de réparation, le pauvre Berezoutski, sous pression, envoyait le cuir sous la barre de son gardien, archi-battu (49e, 0-1). Si malheureux pendant les phases aller, les Dogues voyaient enfin la chance leur sourire, et ce, au meilleur moment.

Le match s’ouvrait par la suite avec des Lillois tout près du break par l’intermédiaire de Sow (60e). Peu en vue de la partie, le Sénégalais trouvait enfin la faille pour le but du break, trois minutes plus tard, après un bon travail d’Hazard et un poteau de Joe Cole (63e, 0-2). Le reste du match voyait les Dogues gérer remarquablement bien leur avantage, à l’inverse de la rencontre aller, et repartir de la froideur russe avec trois précieux points dans la besace. Après avoir gagné la bataille de Russie, un autre travail de grande ampleur attendra les Dogues dans deux semaines avec la réception des Turcs de Trabzonspor. Mais avec le jeu affiché ce soir, l’espoir est plus que permis’

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)