German Denis, la revanche du matador argentin

A 30 ans, German Denis entame sans doute le dernier grand tournant de sa carrière de footballeur professionnel. De ses débuts prometteurs à Talleres de Remedios de Escalada à sa renaissance incroyable à l’Atalanta Bergame, zoom sur un attaquant dont les plus belles années sont peut-être devant lui.

German Denis

Un départ très moyen. Après avoir débuté son parcours (1997-1999) à Talleres de Remedios de Escalada, un club modeste qui évoluait à l’époque en D3 argentine, German Denis choisit de rejoindre Quilmes à l’aube du 21e siècle. Mais cette pige ne lui permet pas de se mettre en évidence et il rejoint rapidement la formation de Los Andes avec laquelle il inscrit une vingtaine de buts lors de la saison 2000-2001. Plutôt que de persévérer dans son pays natal, le buteur choisit de rejoindre l’Europe dès que les dirigeants de Cesena lui tendent la main. Mais en Serie C, German Denis n’arrive pas à s’imposer et il se contente d’inscrire deux buts en 2002/2003. Alors que sa carrière est au point mort, le goleador reçoit un coup de fil de l’entraîneur d’Arsenal de Sarandi.

Ce dernier n’est autre que Jorge Burruchaga qui jouit d’une cote de popularité énorme en Argentine après avoir gagné la Coupe du monde 1986 aux côtés d’un certain Diego Maradona. Sans hésiter, German Denis plie bagages et progresse significativement avec son nouveau mentor même si ses statistiques ne décollent pas vraiment entre 2003 et 2005. Malheureusement pour lui, le technicien reçoit une proposition alléchante des dirigeants d’Estudiantes La Plata et donc il se retrouve quelque part orphelin. Comme si cela ne suffisait pas, les dirigeants d’Arsenal de Sarandi choisissent de le refourguer au Club Atlético Colón de Santa Fe où il se prend les pieds dans le tapis pendant l’exercice 2005/2006. Encore une fois, c’est Jorge Burruchaga qui a rejoint depuis le club d’Independiente qui vient, si on peut dire, à son secours.

Une reconnaissance tardive

Le coach lui offre l’opportunité de montrer ce qu’il vaut (4 réalisations en 15 matches de Championnat) et même si ce dernier est viré en 2007, German Denis a gagné l’estime des dirigeants. Ces derniers ne regretteront jamais de l’avoir gardé puisqu’il affole les compteurs lors de la saison 2007/2008 avec 27 buts inscrits en 36 matches ! Bien entendu, les recruteurs européens se pressent au portillon pour récupérer German Denis. Après de multiples tractations, c’est finalement les décideurs de Naples qui touchent au but avec à la clef une indemnité de transfert d’environ 10 millions d’euros. Rapidement, l’Argentin se met les supporters du stade San Paolo dans la poche avec sa grinta et son aptitude à “sentir le jeu”. Même s’il n’a inscrit que 10 buts en 41 matches toutes compétitions confondues 2008/2009, le matador a pris une vraie envergure en Serie A.

En plus de cela, il confirme sa présence en équipe nationale d’Argentine (5 sélections au total) en dépit de la concurrence féroce qui règne au poste d’attaquant. Mais lors de sa deuxième saison à Naples, German Denis paie clairement le remplacement de l’entraîneur Roberto Donadoni par Walter Mazzarri qui l’utilise avec parcimonie (5 buts marqués) à partir du mois d’octobre 2009. Alors que les Partenopei finissent à la 6e place du Calcio avec en prime un ticket pour la Ligue Europa, German Denis est lui placé sur la rampe de départ en raison de l’arrivée de l’Uruguayen Edinson Cavani lors de l’été 2010. Direction l’Udinese avec une envie farouche de se refaire la cerise et surtout de prouver à Walter Mazzarri qu’il aurait dû lui accorder bien plus de temps de jeu… et sa confiance. Mais dans la ville d’Udine, German Denis ne fait que quelques étincelles (5 buts en 27 matches de Championnat) et au bout de la saison 2010/2011, il est placé sur la liste des transferts.

Meilleur buteur de Serie A !

Pensant retourner dans son pays natal, l’attaquant accepte finalement de signer un contrat de prêt en faveur d’une formation qui vient tout juste d’être promue en Serie A. Il s’agit de l’Atalanta Bergame qui est au coeur d’un scandale de corruption de l’autre côté des Alpes. Ce club se voit infliger une pénalité de six points avant le début de la saison 2011/2012 et part donc avec un handicap terrible en vue du maintien. Qu’à cela ne tienne ! German Denis a un appétit de lion et il a déjà inscrit 9 buts en 11 matches. Ces derniers ont permis à son équipe de combler ses points de retard et d’occuper la 13e place du classement. Sans la pénalité citée ci-dessus les Nerazzurri pourraient même être dans le Top 5 à l’heure actuelle. En attendant de voir si l’état de grâce de German Denis va se poursuivre en Lombardie, on ne peut que saluer son état d’esprit exemplaire qui lui a toujours permis de rebondir au fil du temps.

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement