Le miracle de Lyon

Le football français a connu une 2ème soirée de folie en C1. Après l'exploit de l'Olympique de Marseille à Dortmund mardi, c'est Lyon qui a réussi l'impossible pour décrocher à son tour son billet pour les huitièmes de finale de la compétition. L'énorme victoire de l'Olympique Lyonnais à Zagreb (1-7), combinée au succès au Real à Amsterdam (0-3), envoie les Lyonnais au prochain tour. Un miracle, ou presque.

Lyon l'a fait. Il était difficile d'imaginer l'OL en huitièmes de finale de la C1 avant ce mercredi. Le match nul contre l'Ajax (0-0) il y a deux semaines avait quasiment condamné les Gones, qui s'étaient presque fait à l'idée de jouer l'Europa League. Une défaite de l'Ajax contre le Real et un carton sur le terrain du Dinamo Zagreb : c'est ce qu'il fallait à l'OL, qui avait un retard de trois points et de sept buts (au niveau de la différence de buts) sur les Batave, pour se qualifier.

A la mi-temps, le Real jouait parfaitement le jeu, en prenant l'ascendant sur l'Ajax (0-2), tandis que Lyon déjouait totalement. Maladroit, sans imagination, l'OL s'était même fait piéger par une équipe de Zagreb réduite à 10 dès la 27e minute après l'expulsion de Leko. Sur une action partie de son gardien, Sammir avait ouvert le score suite à deux frappes repoussées par Lloris (39e, 1-0). Avec une équipe amputée de plusieurs cadres, laissés sur le banc (Réveillère, Cris, Källström, Ederson, Lisandro), Lyon parvenait à réagir juste avant la mi-temps. Gomis profitait d'un centre dévié de Cissokho pour remettre les deux formations à égalité (45e, 1-1).

Un vent de folie


1-1 à la pause, un match assez triste : Lyon était bien parti pour quitter la Ligue des champions par la petite porte. Et puis soudain, tout s'accéléra au retour des vestiaires. Gonalons donnait l'avantage à l'OL suite à un corner (46e, 1-2). Puis dès l'engagement, Briand récupérait le ballon et servait Gomis pour faire le trou (1-3, 47e). Le buteur lyonnais s'offrait cinq minutes plus tard un improbable triplé sur un nouveau centre de Cissokho (52e, 1-4). Et soudain, l'exploit devint réaliste. Alors que le Real tenait bon à Amsterdam, l'OL se mettait alors à exercer une pression incroyable et se sentait pousser des ailes. Rémi Garde tentait le tout pour le tout en lançant Lisandro à la place de Lovren, un défenseur dans le même temps du 4ème but (53e).

L'attaquant argentin se mettait rapidement en évidence en apportant sa pierre à l'édifice, rapprochant un peu plus sa formation du miracle en salant l'addition (65e, 1-5). Si près du but, hors de question pour Lyon de trembler. Gomis inscrivait son quatrième but de la soirée et permettait à l'OL d'être virtuellement qualifié à 20 minutes du terme de la rencontre (70e, 1-6). Puis Briand permettait même aux Lyonnais de prendre une certain marge de man'uvre dans le match à distance qu'ils livraient alors avec l'Ajax en y allant de son but (76e, 1-7). La messe était dite. A Amsterdam, le Real inscrivait un nouveau but, mettant définitivement l'OL à l'abri, alors que plus personne ne jouait vraiment à Zagreb, le ballon passant entre les pieds des défenseurs lyonnais tour à tour. Les Gones pouvaient exulter au coup de sifflet final. Au bord du gouffre avant la rencontre, ils ont permis au football français de vibrer au lendemain d'un premier exploit de l'OM à Dortmund.

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement