Mourinho dans la tourmente avant le Clasico

Le Real, battu lors du 1/4 de finale aller de la Coupe du Roi face au Barça (1-2), se rend ce soir sur le terrain des Catalans. Malgré une place de leader du championnat d’Espagne avec cinq points d’avance, des voix s’élèvent à l’encontre de Mourinho qui n’a toujours pas trouvé la clé face aux Catalans. Chahuté, annoncé partant, José fait la moue mais tient le cap… pour le moment.

José Mourinho

Je t’aime moi, non plus. Les Socios du Real Madrid ont cette fâcheuse tendance – ils ne sont pas les seuls – à brûler les idoles qu’ils adoraient voici quelques jours, quelques semaines ou quelques mois. Cristiano Ronaldo qui ne marque plus un triplé et voilà une frange des supporters qui le siffle, alors que ce dernier en est déjà au total stratosphérique de 23 réalisations sur les phases aller. Cette fois-ci, l’homme dans le collimateur des fans madridistes se nomme José Mourinho. Pourtant leader de la Liga avec une avance confortable de cinq points d’avance sur le rival honni, le “Special One” pâtit de ses piètres résultats face au Barça depuis son arrivée au club. Outre la “Manita” de l’an passé (5-0), le Real Madrid s’est incliné quatre fois cette saison toutes compétitions confondues, dont trois contre les Catalans (Supercoupe d’Espagne, Liga et Coupe d’Espagne).

Sifflé par une bonne partie des spectateurs présent au Bernabéu dimanche dernier alors que son équipe étrillait Bilbao (4-1), Mourinho ne s’en est pas ému, bien au contraire : “Zidane a été sifflé ici, comme Ronaldo et Cristiano Ronaldo, alors qu’ils ont été Ballon d’or. Pourquoi moi je ne serais pas sifflé, ceci n’est pas un problème pour moi.” Seulement voilà, Mourinho aurait toutefois confié son ras-le-bol à ses proches selon divers médias ibériques, Marca et le Mundo Deportivo en têtes, se sentant pas assez soutenu au club. Lorsqu’on lui a posé la question sur son possible départ en juin prochain, mardi en conférence de presse, le principal intéressé l’a éludée : “Demande à ton collègue de la presse !”

Mourinho défend son bilan

Tentant d’éteindre l’incendie naissant, le Portugais, mis à mal par la presse pour une supposée altercation avec Sergio Ramos à l’issue du match aller, a voulu se rassurer en affirmant qu’il n’avait “jamais été leader avec 5 points d’avance”, qu’en “Coupe du Roi, nous avons encore un match à jouer, et si nous sommes éliminés, ce n’est pas par Alcorcon, mais par le Barça. En plus nous sommes encore en Ligue des Champions”. Pas sûr que cela soit suffisant pour des supporters madrilènes qui en ont assez de voir leur équipe se faire martyriser par des Barcelonais supérieurs footballistiquement, d’autant que Mourinho a déjà tout essayé.

La manière forte s’est souvent terminée par une défaite et lorsque le Real tentait de jouer, le résultat était pire avec une goleada. C’est bien simple, depuis sa prise de pouvoir en juin 2010, le Portugais n’a remporté qu’un seul des 9 Clasico. Toutefois, sous contrat jusqu’en juin 2014, un licenciement de José Mourinho coûterait la modique somme de 20 millions d’euros au Real Madrid. A moins que ce dernier prenne le contrepied de tout le monde et s’en aille de lui-même. La presse évoque déjà les noms d’Arsène Wenger et de Joachim Löw, sélectionneur allemand, pour le remplacer. Le résultat de ce cinquième Clasico pourrait permettre d’y voir un peu plus clair…