Lucho, un départ mûrement réfléchi

L’ex milieu de terrain de l’Olympique de Marseille Lucho Gonzalez, dans une longue interview accordée à la radio RMC, a expliqué les raisons qui l’ont poussées à rejoindre le FC Porto, son ancien club. Pour le “Commandante”, c’était le “bon moment“.

Lucho Gonzalez

Un départ inéluctable, voilà en substance ce qu’a tenté d’expliquer Lucho Gonzalez, au moment de retrouver son club de coeur, le FC Porto. Accueilli en héros au Portugal à l’aéroport, l’international argentin a toutefois pris le temps de livrer une longue interview à la station RMC dans laquelle il revient sur son départ de l’OM, après deux années et demie couronnées de succès (5 titres) collectivement, mais teinté d’amertume individuellement, avec notamment de nombreuses critiques à son égard.

Le home-jacking pas l’unique raison de son départ

Et à la question de savoir si son agression subie en mars 2010 avait pesé dans la balance, le “Commandante” a estimé que ce n’était pas l’unique raison : “C’est une décision qui a mûri depuis six mois maintenant. Vous savez, j’ai toujours dit que le plus important, c’est ma famille. Alors évidemment, ce qui s’est passé, on ne l’a pas oublié, mais ça ne veut pas dire que je pars à cause de cette agression. Cela aurait pu arriver à Marseille, à Porto où ailleurs avec la crise que traverse le monde en moment. Il n’y a aucun rapport avec mon départ contrairement à ce que j’ai pu lire ou entendre.

Heureux à Marseille” où il a vécu de grandes émotions et notamment son but marqué face à Rennes pour l’obtention du titre de champion de France en 2010, Lucho Gonzalez n’a pas oublié de remercier les supporters qui l’ont soutenus, et notamment les Winners : “J’ai un souvenir particulier que je n’oublierais jamais. Pendant un match, les Winners m’ont fait un tifo seulement avec mon visage. Franchement, pour que des supporters fassent ça seulement pour moi… Il n’y a que le football pour apporter des émotions comme celle-ci.”

Lucho repart avec 5 titres en poche

Quant aux critiques à son encontre, notamment à cause du montant de son transfert, 18 millions d’euros plus 4 millions de bonus, Lucho ne s’en est pas ému : “Vous savez, les montants des transferts, ce ne sont pas les joueurs qui les négocient, ce n’est pas notre problème mais celui des clubs. Je ne crois pas que Pastore ait dit au PSG qu’il valait 50 ou 45 millions d’euros. Après, je ne suis pas touché par cela, je n’ai plus 22 ans.” Jugeant son bilan “positif” à l’OM avec cinq titre remportés, “El Commandante” a rappelé qu’il dépendait “du collectif“, condition sine qua non pour qu’il puisse briller sur le pré rectangulaire.

On a gagné en équipe. Je ne gagne pas tout seul. De grands joueurs sont passés à l’OM et certains n’ont rien gagné et ça, j’ai l’impression que personne ne le dit“, a-t-il aussi rappelé malicieusement. Transféré au FC Porto gratuitement, l’OM devant encore 2 millions d’euros, Lucho Gonzalez retrouve donc une équipe qu’il connaît bien pour avoir été le premier capitaine étranger de l’histoire du FCP. Une parenthèse se ferme donc à Marseille où il laissera quoi qu’il arrive une trace indélébile, qu’on l’aime ou non, pour en rouvrir une autre certainement tout aussi belle.