Arsenal joue très gros contre Blackburn

Arsenal, qui reçoit samedi les Blackburn Rovers, premiers relégables, à l’Emirates Stadium dans le cadre de la 24e journée de Premier League, ne peut plus se permettre le moindre faux-pas dans la course à la Ligue des champions. Septièmes avec cinq points de retard sur Chelsea, les Gunners semble quasiment hors course, quand bien même certains joueurs exhortent l’équipe à hausser son niveau de jeu.

Robin van Persie

Pour la première fois depuis la prise de fonction d’Arsène Wenger en 1996, Arsenal pourrait connaître une saison sans Ligue des champions. Une véritable catastrophe sportive et industrielle pour une équipe sur le fil du rasoir depuis de nombreux mois, la faute aux départs de joueurs cadres comme Samir Nasri et Francesc Fabregas, mais aussi à la malchance avec une cascade de blessures qui a considérablement amoindri des Canonniers à court de munitions. Au tel point qu’Arsène Wenger a dû rappeler la légende vivante Thierry Henry pour faire le nombre durant deux mois, avec les départs de Marouane Chamakh et de Gervinho à la Coupe d’Afrique des Nations.

Seulement septième de la Premier League avec cinq points de retard sur Chelsea, quatrième et dernier qualifié pour la prochaine Ligue des champions, Arsenal n’a plus le droit à l’erreur. Restant sur une triste série de quatre matches sans victoire en Premier League, les Gunners gâchent leurs cartouches bêtement face à des adversaires largement à leur portée. Ce fut le cas mercredi notamment contre les Bolton Wanderers (0-0). “Nous aurions dû remporter ce match. Ce n’est suffisant. Nous avons la qualité et les joueurs nécessaires pour faire un meilleur résultat que celui que nous avons obtenu à Bolton”, a ainsi pesté en conférence de presse Mikel Arteta, arrivé l’été dernier en toute fin de mercato.

“Nous devrions l’emporter face à Blackburn, nous avons perdu trop de points à l’extérieur, nous devons nous rattraper à la maison. Nous savons que cela va être difficile de jouer une équipe relégable et qui lutte pour le maintien. C’est le moment de hisser notre niveau de jeu”, a demandé Arteta à des coéquipiers encore groggy des derniers résultats. Et face à des Rovers capables de s’imposer à Old Trafford en janvier dernier (2-3), Arsenal peut trembler. Victoire donc impérative pour les hommes d’Arsène Wenger sous peine de dire définitivement adieu à la Ligue des champions, voire au Big Four anglais, tant l’émergence de nouveaux clubs (Tottenham, Newcastle) cette saison pourrait redistribuer les cartes du football anglais à moyen terme.