Paris a eu chaud !

Mené au score à la pause, le Paris Saint-Germain a au final renversé la tendance pour s'imposer devant Evian TG (3-1). Cambon avait ouvert le score pour le promu (45e), avant que Nenê, auteur de deux buts dont un sur penalty (47e et 79e), et Gameiro (88e), ne permettent dans la capitale française de l'emporter. Le club de la capitale conforte sa place de leader.

Le PSG a manifestement du mal contre Evian-Thonon-Gaillard. A l'aller, le promu avait déjà donné du fil à retordre au club de la capitale, qui avait arraché un nul bien heureux (2-2). Cette fois, l'ETG n'aura pas réussi à tenir en échec un Paris qui a bien changé depuis l'arrivée de Carlo Ancelotti sur le banc. En plus d'instaurer son 4-3-2-1 dans lequel a pris place le dernier arrivant Thiago Motta, en sentinelle devant la défense, le coach transalpin a insufflé un nouveau souffle aux Parisiens. Maître du ballon, combinant bien sur les phases offensifs, Paris pêchait dans la finition en début de match (8, 14e, 17e). Nenê trouvait sur sa route Andersen (34e), avant de servir dans le même temps Ménez. Mais l'international tricolore, après avoir éliminé le portier adverse, tirait du gauche sur le poteau (35e), pour les deux plus grosses opportunités parisiennes.

Une énorme occasion qui réveillait Evian, qui profitait parfaitement du coup de moins bien parisien avant la mi-temps. Suite à une succession de corners, la frappe de Sorlin était reprise de la tête, de près, par Cambon, qui ouvrait le score contre tout pronostic, peu avant la mi-temps (45e, 0-1). Paris ne mettait pas longtemps à rebondir. Dès le retour des vestiaires, Nenê remettait les deux formations à égalité suite à une belle action collective devant la surface (46e, 1-1). Sans Lugano, décevant et remplacé dès la 55e minute par Bisevac, la défense parisienne devait s'en remettre par la suite à Sirigu afin de ne pas craquer. Le portier italien s'imposait devant Govou (57e) et Wass (71e), et pouvait compter sur Nenê pour le suppléer sur sa ligne suite à un corner (70e).

Après avoir eu chaud, Paris décidait d'accélérer en fin de match. Ménez, revanchard après son poteau en première période, obtenait un penalty suite à une faute de Rippert. Nenê, avec sang-froid, transformait la sentence pour donner l'avantage aux siens (76e sp, 2-1). Sonné, Evian craquait dans les derniers instants. Gameiro inscrivait son dixième but de la saison en reprenant une frappe repoussée de Nenê (88e, 3-1). Capable de fulgurances mais également de sérieux coups de moins bien, le club de la capitale n'a pas livré sa meilleure prestation sous les ordres de Carlo Ancelotti. Mais qu'importe. Ce bon résultat permet au technicien italien de rentrer dans l'histoire du Paris Saint-Germain : il est le 1er entraîneur à remporter ses cinq premiers matchs, toutes compétitions confondues, sur le banc parisien. Paris reste solide leader de L1, avec toujours trois points d'avance sur son dauphin Montpellier.