Une révolution de palais à Sochaux

Les dirigeants du FC Sochaux-Montbéliard n’en pouvaient plus de voir l’équipe première s’enliser dans les profondeurs du classement de la Ligue 1. Du coup, ils ont tenté de créer un électrochoc en limogeant l’entraîneur Mecha Bazdarevic et en confiant la barre du navire à Éric Hély qui s’occupait jusqu’alors de la réserve.

Mecha Bazdarevic

Mecha ne savait plus quoi faire. Cette phrase sonne clairement comme un aveu d’échec pour le président sochalien Alexandre Lacombe. Pendant très longtemps en effet, le dirigeant doubiste a soutenu l’entraîneur bosniaque. Mais il a finalement décidé de se séparer de lui ce mardi après avoir consulté ses collaborateurs qui ne voyaient pas d’autre alternative. “Se séparer d’un entraîneur en cours de saison, ce n’est pas ma politique. Il fallait faire quelque chose. Nous avions le sentiment que Mehmed Bazdarevic et son staff n’avaient plus de solutions pour sortir l’équipe d’une situation compliquée”, a-t-il expliqué par le biais de L’Equipe. Sur le plan comptable, la situation des Lionceaux est vraiment inquiétante voire même dramatique. Avec seulement 21 points pris en 26 matches de Ligue 1, le club sochalien occupe la vingtième et dernière place du classement.

Un temps au contact des écuries situées juste au-dessus, Marvin Martin et ses coéquipiers ont aujourd’hui cinq points de retard sur l’AS Nancy-Lorraine (17e) qui est pour le moment en dehors de la zone rouge. Comme si cela ne suffisait pas, il faut remonter au 6 novembre dernier pour retrouver la dernière victoire du FCSM toutes compétitions confondues (2-1 contre l’OL). Depuis quatre mois tout pile, Sochaux court après un succès et le niveau de confiance est au plus bas au Stade Bonal même si Alexandre Lacombe laisse entendre le contraire. “On sait qu’on a du talent dans cette équipe, mais ce sera très dur. On y croit”, a-t-il assuré. Sans potion magique, le président a choisi de donner sa chance à Éric Hély qui est dans le Doubs depuis 2003. Ce technicien entraînait l’équipe réserve et il sera forcé de s’appuyer sur Bernard Genghini qui possède le fameux DEPF (Diplôme d’entraîneur professionnel de football).

L’heure est très grave pour Sochaux

En plus de cela, il comptera aussi sur Jean-Philippe Blanc qui est le préparateur physique. “Ce sont des gens qui connaissent bien la maison, les joueurs. Nous avons choisi des gens opérationnels tout de suite. Je sais qu’il y a beaucoup d’entraîneurs au chômage, mais je ne me pose pas les mêmes questions que vous.” Des questions, les supporters de Sochaux s’en posent sans arrêt depuis plusieurs mois. Après avoir terminé à une brillante cinquième place la saison passée avec en prime un ticket pour la Ligue Europa vite gâché (élimination contre le Metalist Kharkov lors du tour préliminaire du mois d’août), les Jaune et Bleu ont sombré après le départ de Francis Gillot chez les Girondins de Bordeaux.

En coulisses, les écarts de Kévin Anin (parti à l’OGC Nice en janvier) et de Modibo Maïga (l’attaquant est méconnaissable depuis son transfert avorté à Newcastle United après la visite médicale) n’ont fait que confirmer cette tendance négative. Le président Alexandre Lacombe ne croit apparemment plus à un miracle lors de cette fin de saison. “Je ne dis pas que ce changement d’entraîneur va nous permettre de nous sauver”, a-t-il lâché. Aujourd’hui, seule une solidarité de tous les instants et une vingtaine de points pourraient encore sauver Sochaux d’une noyade dans l’antichambre du football français en fin de saison.

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement