Liverpool doit redresser la barre

Avec la réception d’Aston Villa (15e) dans le cadre de la 32e journée de Premier League, Liverpool (8e) a l’occasion de mettre fin à une série noire de six défaites sur les sept dernières rencontres de championnat disputées. Samedi, les joueurs de Kenny Dalglish vont devoir montrer qu’ils ont du caractère s’ils veulent jouer une coupe d’Europe l’année prochaine. Une situation que peu d’observateurs auraient crû possible au début de cette saison, tant les Reds semblaient avoir retrouvé leur lustre d’antan.

Steven Gerrard

En concédant sa onzième défaite de la saison en championnat sur la pelouse de Newcastle le week-end dernier, Liverpool est surtout entré dans une spirale négative de six défaites sur les sept dernières rencontres de championnat. Soit la pire série que le club ait connu depuis plus de 50 ans. Mais plus que l’enchaînement des mauvais résultats, c’est surtout l’ambiance pesante autour de l’équipe des Reds qui inquiète. Et ce n’est pas la sortie de Steven Gerrard dans Skysports, appelant les fans “à plus de patience” qui devrait rassurer les supporters.

Pourtant, cette saison devait être celle du renouveau. Le rachat du club, en octobre 2010, par le consortium américain New England Sports Ventures aurait dû être le point de départ d’une nouvelle ère. Après la brève parenthèse Roy Hodgson, le mythe vivant Kenny Dalglish, dernier coach à avoir remporté le championnat avec Liverpool en 1988, reprenait du service au mois de janvier 2011. Avec une bonne deuxième partie de saison, il permettait à son équipe de finir à la sixième place de la Premier League. Il faut dire aussi que les nouveaux propriétaires n’avaient pas hésité à dépenser 65 millions d’euros au mercato hivernal pour acquérir Luis Suarez (25 millions) et Andy Caroll (40 millions) et ainsi renforcer leur ligne offensive.

Andy Carroll a craqué
Malheureusement, depuis le début de l’année, tout va de travers. Le capitaine emblématique Steven Gerrard passe plus de temps à l’infirmerie que sur le terrain, Andy Carroll n’a franchement pas le niveau d’un joueur à 40 millions d’euros et Luis Suarez ne s’est jamais remis de sa suspension reçue pour avoir tenu des propos racistes envers Patrice Evra.

Dernièrement, la situation a même empirée. Contre Newcastle, Andy Carroll a insulté son coach pour avoir été remplacé (“c’est une p… de blague, va te faire en…”) et Pepe Reina, l’une des seules satisfactions de cette morne saison, s’est fait expulser pour avoir donné un coup de tête à James Perch, un défenseur des Magpies. Face à Aston Villa, à Anfield samedi, les Liverpuldiens devront savoir garder leurs nerfs, s’ils veulent mettre fin à cette spirale de défaite.

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store