Liverpool-Chelsea, place à la grande finale !

La finale de la Cup opposera Liverpool à Chelsea, samedi à 18 h 15. L’occasion pour les deux équipes de s’assurer un trophée sur la scène anglaise, au cours d’une saison qui aura été difficile sous bien des aspects. Si Chelsea peut encore sortir grandi de cet exercice 2011/2012, grâce à sa qualification pour la finale de la Ligue des champions, Liverpool voit dans cette finale son seul et unique atout pour donner un peu de joie à ses fans et leur faire oublier une saison plein de morosité.

John Obi Mikel et Dirk Kuyt

La Cup comme seul moyen de se sortir d’une saison morose. Voilà comment les joueurs vont aborder leur finale à Wembley samedi à 18 h 15. Et pour tout dire, si Chelsea ne disputait la finale de la Ligue des champions contre le Bayern Munich le 19 mai prochain, les Blues seraient à peu de chose près dans la même situation. Elements indéboulonnables du Big Four il y a encore trois ans, Liverpool et Chelsea, sauf miracle pour ces derniers, ne feront pas partie des quatre premiers du championnat anglais cette saison. Et ce malgré les investissements colossaux réalisés par les deux équipes.

Mais au contraire de son adversaire samedi prochain, le déclin liverpuldien a débuté il y de ça trois saisons. Soit la dernière de Rafael Benitez. Depuis, Steven Gerrard et ses coéquipiers n’ont plus participé à la Ligue des champions et doivent s’en remettre à la plus vieille des compétitions de football pour arriver à se qualifier pour une Coupe d’Europe, et encore, la Ligue Europa. Le retour de Kenny Dalglish aux commandes, après le bref intermède non concluant de Roy Hodgson, n’aura pas permis aux Reds de retrouver leur lustre d’antan. Pire, durant cette période, Liverpool a vu Manchester United le détrôner en nombre de titres de champion récoltés. Et lorsque l’on connaît la rivalité historique entre les deux équipes, cela est loin d’être anodin.

En championnat, les Reds n’ont jamais semblé capable d’aligner plus de deux prestations convenables d’affilés. Pourtant, ce n’est pas le talent qui manque, à l’image de Luis Suarez et de son superbe lob de 35 mètres réalisé lors de 35e journée de Premier League contre Norwich City. Mais la constance n’est pas au rendez-vous. A cela, il faut rajouter un Steven Gerrard vieillissant et souvent absent pour cause de blessure, qui n’est plus le fabuleux métronome et meneur de jeu reculé qu’il fut lors de la victoire de son équipe lors de la Ligue des champions 2004.

Damien Comolli, le directeur sportif du club, a déjà fait les frais de ces mauvais résultats. Débarqué au mois d’avril, il paie le mauvais recrutement onéreux du club de la Mersey. Des transferts qui sont d’ailleurs pour beaucoup dans le déficit énorme du club, estimé à 62 millions par le Liverpool Echo. Et le prochain sur la liste pourrait être Kenny Dalglish himself. Ce dernier, sans son passé glorieux à la tête de l’équipe, aurait probablement connu le même sort. Mais l’Ecossais bénéficie encore du soutien des fans. Cependant, si samedi les Blues privaient son équipe de compétition européenne une année supplémentaire, ce soutien prendrait probablement du plomb dans l’aile.

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store