Les Bleus font boire la tasse à l’Ukraine !

L’équipe de France a fait un grand pas vers les quarts de finale de l’Euro en dominant l’Ukraine à Donetsk ce vendredi (2-0). Malgré l’interruption du match pendant près d’une heure en raison des conditions climatiques, les Bleus ont été loin de prendre l’eau, trouvant la faille coup sur coup par Ménez (53e) et Cabaye (56e). Un succès qui leur permet de prendre la première place du groupe D.

Enfin. Quatre ans après, l’équipe de France a enfin signé une victoire dans la phase finale d’une grande compétition. On avait presque oublié quel goût ça avait. Une victoire avec une saveur particulière car acquise dans des conditions particulières contre l’Ukraine, l’un des pays hôtes de la compétition. Après seulement trois minutes de jeu, les 22 acteurs avaient été renvoyés aux vestiaires par M. Kuippers, l’arbitre de la rencontre, en raison des conditions climatiques dantesques (pluies violentes et orage). Une coupure de près d’une heure, avec des interrogations sur un possible report du match, qui aurait causé bien des soucis à l’UEFA. Une victoire acquise également avec une certaine maitrise, malgré quelques passages à vide inquiétants.

Scheva fait rugir la Donbass Arena


Pas perturbés par la coupure, les Bleus dès leur retour sur le terrain appliquaient à la lettre les consignes de Laurent Blanc, qui souhaitait voir une meilleure entame de match que celle contre l’Angleterre. Mais les Tricolores ne parvenaient pas à régler la mire et à trouver la faille malgré leur supériorité technique et certaines belles actions collectives. Si Benzema (5e, 27) ou Debuchy (9e) n’inquiétaient pas vraiment Pyatov sur leurs tentatives lointaines, le gardien ukrainien était tout heureux de voir Ménez être signalé hors jeu sur un but annulé à juste titre (16e). Lancé d’entrée dans le couloir droit de l’attaque, Nasri prenant la place de Malouda, remplaçant, dans l’axe, le Parisien gâchait ensuite la première grosse occasion du match en envoyant sa frappe sur Pyatov alors qu’il s’était retrouvé seul devant le but ukranien (29e).

Le dernier rempart du pays hôte ne devait rien à personne par contre sur une tête de Mexès consécutive à un corner, sortie grâce à une parade énorme (38e). Incapables de profiter de leurs temps forts, les Bleus peinaient quelque peu sur le plan défensif, malgré l’apport intéressant de Clichy, titularisé à la place d’Evra à gauche. Chaque contre ukrainien faisait parcourir un frisson dans les travées d’une Donbass Arena chauffée à blanc et toute acquise à la cause des locaux. Oublié par une défense française mal alignée, Shevchenko trouvait tout d’abord sur sa route un énorme Lloris (38e). La légende locale s’illustrait ensuite au retour des vestiaires, mais voyait sa frappe passer juste au-dessus (48e).

Deux buts en cinq minutes


Passés tout près de la correctionnelle sur deux des rares occasions ukrainiennes, les Bleus allaient finalement tuer le match en moins de cinq minutes. C’est tout d’abord Ménez, pas échaudé par ses ratés, qui parvenaient à trouver la faille. Servi par Benzema dans la surface côté droit, il se jouait de son vis-à-vis et trompait Pyatov du pied gauche, d’une frappe au premier poteau (52e, 1-0). Puis Cabaye doublait la mise dans la foulée. Benzema, qui avait une fois encore dézoné, trouvait le milieu de terrain de Newcastle en position… d’attaquant. Avec sang-froid, l’ancien Lillois croisait une frappe précise du gauche pour trouver le petit filet opposé (2-0, 56e). KO debout, les Jaune et Bleu étaient tout près de couler, mais la frappe lointaine de Cabaye s’écrasait sur le poteau (64e). Devant la tournure du match et malgré une réaction timide des locaux, punis malgré une plus grande volonté offensive que l’Angleterre, Blanc pouvait même se permettre un peu de coaching pour faire souffler les titulaires. Cabaye et Benzema notamment étaient remplacés par M’Vila, de retour après son entorse, et Giroud, toujours pas associé au Madrilène en attaque.

Gérant leur avance tant bien que mal par moment, les Bleus peuvent se satisfaire de la manière dont ils ont arraché cette victoire. Un succès qui leur permet d’avoir un pied en quart de finale de cet Euro, avec quatre unités au compteur après deux matches désormais. Une énorme satisfaction qu’il faudra toutefois confirmer contre la Suède, mardi. Histoire de conforter cette première place pour s’offrir, peut-être un quart plus abordable. Histoire surtout de confirmer tous les progrès de cette équipe qui a brisé le signe indien en phase finale d’une compétition officielle. Un déclic ‘

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)