Sortie frustrante pour les Bleus

Ribéry et les Bleus sont éliminés de l'Euro 2012
Les Bleus sont éliminés de cet Euro 2012. Battus par l’Espagne en quart de finale de la compétition européenne (2-0), les joueurs de Laurent Blanc n’ont jamais été en mesure d’inquiéter ceux de la Furia Roja. Xabi Alonso, auteur d’un doublé (18e, 90e), est l’homme du match. Désormais, il faudra côté français tirer les conclusions d’un Euro mitigé.

L’équipe de France s’est inclinée face à l’Espagne en quart de finale de l’Euro, et voit donc son aventure se terminer à Gdansk, là où elle avait débuté. Dans une rencontre au rythme très lent, les Espagnols ont fait preuve d’une grande efficacité en marquant un but sur l’une de leurs seules occasions de la rencontre en début de première période, et en inscrivant un pénalty en toute fin de partie. La Furia Roja s’est finalement contentée de gérer une équipe de France incapable d’accélérer le jeu. Ce samedi soir, il n’y avait pas photo entre les deux équipes. Désormais, il faudra tirer les conclusions de cet Euro, que les Bleus quittent sur un bilan négatif de deux défaites, un match nul et une victoire.

Un système défensif

Laurent Blanc avait décidé pour ce quart de finale de remanier son équipe. Réveillère débutait la partie au poste de latéral droit et Mathieu Debuchy occupait le poste de de milieu droit. Au milieu de terrain, Florent Malouda était associé à Yann M’Vila et Yohan Cabaye, dont l’objectif principal était de couper la relation entre Xavi et les ailiers espagnols. Une option défensive qui aurait pu fonctionner si les Bleus n’avaient pas encaissé un but aussi rapidement dans la partie.

Durant les quinze premières minutes de jeu, la France contenait son adversaire d’un soir et l’empêchait de se rapprocher de la Surface d’Hugo Lloris. Les Espagnols avaient certes la possession de balle, mais ne parvenaient à déstabiliser un boc-équipe français très discipliné. Mais si les médias ibériques déploraient le manque d’efficacité de la Furia Roja depuis le début de la compétition, ce samedi soir, il ne fallait qu’une seule occasion aux champions du monde pour ouvrir la marque et saper le moral des Bleus. Sur le côté droit de la défense française, Iniesta lançait Jordi Alba dans la profondeur. Le néo-Barcelonais déposait Réveillère et centrait pour Xabi Alonso, libre de tout marquage. D’une tête croisée le Madrilène trompait Hugo Lloris et ouvrait la marque (1-0, 18e).

Un coup franc cadré de Cabaye… et puis c’est tout

Cette ouverture du score avait le mérite de réveiller les velléités offensives de l’équipe de France. Si la possession restait en faveur des Espagnols, Ribéry et Benzema étaient plus souvent trouvés dans le camp adverse. Les Français se créeront d’ailleurs leur seule occasion de la première période sur un coup franc obtenu par ne numéro 10 français. Yohan Cabaye se chargeait de le tirer et plaçait un ballon en direction de la lucarne d’Iker Casillas. Mais le capitaine espagnol veillait au grain et claquait le ballon en corner (32e). La fin de la mi-temps ne permettait pas aux joueurs de Laurent Blanc d’inquiéter à nouveau ceux de Vicente Del Bosque. L’équipe de France n’arrivait pas à combiner offensivement et l’arbitre de la rencontre, Nicola Rizotti, mettait fin à 45 premières minutes plutôt ternes.

Les Bleus entamaient de manière plus conquérante la seconde période. D’une part parce que les coéquipiers de Karim Benzema pressaient plus haut sur le terrain, d’autre part car les Espagnols, à force de ralentir le jeu, faisaient des erreurs dans leurs transmissions. Mais les Français rataient passe sur passe en phase offensive, et gâchaient quasiment tous les contres. Tous, excepté un, où Franck Ribéry, le meilleur joueur offensif du côté de l’équipe de France, se débarrassait de Jordi Alba et trouvait la tête de Mathieu Debuchy (61e). Le Lillois ne cadrait, mais cette action laissait entrevoir quelques failles au sein de la défense espagnole.

A l’heure de jeu, Laurent Blanc faisait entrer en jeu Jérémy Ménez et Samir Nasri. Ces deux entrées combinées ne permettaient cependant pas d’apporter l’allant et la vitesse nécessaire dont l’équipe de France avait besoin pour revenir au score. Giroud rentrait aussi pour les dix dernières minutes de jeu mais personne ne semblait capable de l’alimenter. Les Espagnols, sur l’une de leur dernière incursion dans la surface française, allaient même bénéficier d’un pénalty logique, pour une faute d’Anthony Réveillère sur Pedro. Xabi Alonso le transformait et s’offrait donc un doublé (2-0, 90e). Il mettait par là même fin aux espoirs français. L’Espagne affrontera le Portugal en demi-finale de l’Euro et s’affirme un peu plus, match après match, comme son successeur naturel au titre de champion d’Europe.

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)