Que retenir de l’ère Laurent Blanc chez les Bleus?

Laurent Blanc n’est plus le sélectionneur de l’équipe de France. De son investiture le 2 juillet 2010 à son départ, le 30 juin 2012, l’ancien défenseur international aura marqué l’histoire des Bleus en tant que sélectionneur. Durablement ?

Laurent Blanc

Un petit Euro et puis s’en va ! Sans réelle surprise, Laurent Blanc a jeté l’éponge des Bleus après un Championnat d’Europe plutôt décevant, aussi bien dans le jeu que dans le comportement. Sous son mandat (2010-2012), il restera très certainement un temps fort, symbolisé par les 23 matches sans défaite de son équipe, et des temps faibles, comme le rendez-vous face à la Suède (en phase de poules de l’Euro) et à l’Espagne (au stade des quarts de finale), une organisation défensive et offensive en lambeau et les comportements de certains de ses protégés, qui ont replongé la maison bleue dans les heures les plus ombres de Knysna.

De l’état de grâce…

Comme tout bon Président, Laurent Blanc a eu son état de grâce. Et ce dernier aura duré bien plus que 100 jours… En effet, l’ancien coach des Girondins, qui a remplacé au pied levé Raymond Domenech au lendemain d’une Coupe du Monde cauchemardesque en Afrique du Sud, a connu son premier vrai fait d’armes le 7 septembre 2010, avec un victoire face à la Bosnie-Herzégovine (2-0), agrémentée d’un sens du spectacle pour le moins réjouissant.

S’en sont suivies 21 rencontres (amicales et éliminatoires de l’Euro compris), sans la moindre défaite (14 succès et 7 nuls). Parmi ces dernières, des prestations de qualité, face à de grandes nations, telles que le Brésil au Stade de France ou l’Allemagne à Brême et d’autres pour les moins préoccupantes, comme ces deux rendez-vous amicaux ratés face à la Belgique et aux Etats-Unis du côté de Saint-Denis. Un bilan globalement positif donc, au moment de défier l’Angleterre, l’Ukraine et la Suède en phase de poules de l’Euro 2012.

… à Kirsha !

Dès les premières minutes du championnat d’Europe des Nations, Laurent Blanc a dû comprendre que la tâche allait s’annoncer plus difficile que prévue. L’objectif annoncé par la FFF : passer les quarts de finale. Au premier match, les Bleus ne brillent pas mais assurent l’essentiel face à l’Angleterre (1-1) avant de montrer un visage plus rayonnant face à l’Ukraine (2-0). La suite est connue… Piteuse défaite “qualificative” face à la Suède (0-2) avant de tomber face aux Champions du monde et d’Europe en titre, l’Espagne, sans les armes à la main (0-2). Ainsi, dans le jeu, les Bleus ont déçu durant ce tournoi, comme en témoigne l’absence de but de Karim Benzema. En défense, la charnière Rami-Mexès, si longtemps soutenue par Laurent Blanc, a eu toutes les peines du monde à tenir la comparaison avec, notamment, les attaques suédoises placées. Dans le comportement, certains joueurs, tels que Samir Nasri ou Jérémy Ménez, ont eu la langue bien pendue, à défaut d’avoir un peu plus de cannes et de créativité sur le pré vert. Les critiques fusent, l’équipe de France repart bredouille d’Ukraine et de Pologne après, pourtant, d’éphémères bouffées d’oxygène. Blanc ou l’espoir déchu…

Et l’homme dans tout ça ?

Meilleur communiquant que son prédécesseur, Raymond Domenech, Laurent Blanc, qui a toujours eu le soutien des Bleus de 98, a voulu rapprocher les joueurs du public. C’est l’opération reconquête, qui s’est illustrée notamment par des matches délocalisés aux quatre coins de la France. Mais Blanc, ce fut aussi l’affaire des quotas au mois d’avril 2011 qui l’ébranla, à défaut de le faire tomber. Enfin, à l’issue de l’Euro, au-delà des choix, c’est le discours volontairement optimiste qui a contrasté avec le vide sidéral du terrain. Blanc a t-il fait du Domenech? Quelques heures seulement car à l’inverse de l’homme aux cheveux poivre et sel, le Président a décidé de se destituer lui-même (avec l’aide implicite de la 3F?), tournant ainsi le dos à d’alléchantes perspectives que sont le Mondial 2014 au Brésil et un Euro 2016… en France.

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)