Wenger ne comptait plus sur Mannone l’été dernier

Encore titulaire ce samedi contre Chelsea (1-2), le portier italien Vito Mannone, 24 ans, a éclipsé, en ce début de saison, le duo polonais Fabianski-Szczesny. Et pourtant, son entraîneur, Arsène Wenger, a assuré au site Tribalfootball.com, qu’il avait envisagé de le vendre lors du dernier mercato estival.

Vito Mannone

Le flair de Wenger en prend un coup !

Qui aurait parié sur Vito Mannone il y a encore quelques mois ? Certainement pas son entraîneur, Arsène Wenger. « Mannone a été prêté en deuxième partie de saison et ça lui a fait du bien. Ca m’a surpris qu’aucun club ne se soit intéressé à lui cet été, nous n’avons pas reçu d’offres importantes à son sujet. J’avais l’intention de le laisser partir. Aujourd’hui, je me félicite qu’il soit resté ici, il a su saisir sa chance et rien est lié au hasard, surtout pas sa place de titulaire », a déclaré le technicien français. Et le destin du natif de Desio a basculé il y a une quinzaine de jours, où Szczesny, annoncé comme le numéro 1 cette saison, réalise une performance très fébrile face aux Saints (6-1). Depuis ce petit faux pas, Mannone, prévu pour être numéro 3 cette saison, a pris la place dans les buts et ne l’a pas lâché (2 titularisations en championnat, une en Ligue des Champions). Avec cet illustre inconnu, recruté très jeune, en 2005, en provenance de Brescia, les Gunners n’ont encaissé que 3 buts toutes compétitions confondues. Son athlétisme (1,91, 74 m) et sa rapidité d’exécution ont séduit les fans d’Arsenal.

Quel avenir pour Szczesny et Fabianski ?

Mannone dans les cages, ce sont les deux internationaux polonais Fabianski et Szczesny qui se retrouvent sur la touche. Le premier, âgé de 27 ans, a joué de malchances. Après des mois dans le costume de titulaire, Lukasz Fabianski se blesse sévèrement à l’épaule contre Manchester City en janvier 2011. Il est dès lors contraint d’être opéré et de laisser sa place à son compatriote Szczesny.

Lors de la saison 2011-2012, Wojciech Szczesny est le numéro 1 incontesté d’Arsenal comme en témoigne ses 38 matches de Premier League. Après avoir écopé d’un carton rouge à l’Euro avec la Pologne face à la Grèce (1-1), Szczesny réalise un début de saison délicat avec les Gunners, qui a eu comme point d’orgue sa bévue contre le promu, Southampton. Pour autant, le gardien polonais n’est pas totalement mis au placard par Wenger pour la saison à venir. « Szczesny est le numéro 1, c’est aux autres gardiens de lui piquer sa place. Je ne dis pas qu’il a perdu sa place, mais il y a compétition. Les goals ont besoin de jouer et d’être en confiance. C’est un poste particulier où, si vous êtes mis sur la sellette à chaque fois, si le titulaire change à chaque fois, vous ne pouvez pas être bon. (…) Connaissez-vous un gardien dans le monde qui ne fait pas une erreur ? Ça n’existe pas. Une fois qu’on désigne un numéro 1, on ne peut pas le sortir de l’équipe à la première erreur. Si Gianluigi Buffon fait une erreur, il sait qu’il jouera le match suivant, pareil pour Joe Hart. La stabilité est importante, mais si, sur une période, leur niveau moyen chute et que quelqu’un d’autre pousse derrière, là, ça devient différent », a assuré le manager des Gunners. Comme quoi, les problèmes de gardiens, ça ne concerne pas seulement le voisin Tottenham.