Quand Galliani parle d’Ibra, Allegri et compagnie !

Adriano Galliani aime s’exprimer dans les médias, c’est un fait. Une fois encore, l’administrateur délégué du Milan AC a profité d’un entretien largement retranscrit par les journaux italiens pour évoquer l’actualité en Lombardie.

Massimiliano Allegri et Adriano Galliani

Lazio puis Malaga, la gagne sinon rien. “Ce sera très difficile contre la Lazio. C’est un rendez-vous important afin de régler une partie des problèmes que nous avons. Quelques jours plus tard, il y aura aussi une rencontre cruciale contre Malaga (en Ligue des champions). Nous devons nous qualifier pour le second tour et puis nous verrons ce qui se passera.”

Des blessures handicapantes pour l’équipe. “Robinho sera bientôt de retour et Pato a pu s’entraîner. Tout va bien pour lui. Allegri décidera à quel moment il pourra de nouveau l’utiliser.”

Pas d’avancée pour le mercato. “Le travail de Braida et des scouts consiste à assister à plusieurs rencontres pour observer des joueurs. Mais nous ne sommes qu’au mois d’octobre et je ne veux pas encore parler du marché des transferts. Toutefois durant le mois de janvier, on pourrait s’activer.”

Allegri n’est pas sur la sellette. “Le club n’a jamais songé à limoger Allegri. Il a notre entière confiance. Certains doivent se souvenir que l’Inter a fini à 22 points de nous la saison passée. Je suis sûr qu’on va revenir en force (11e place occupée actuellement dans le Calcio, 7 points pris sur 21 seulement).”

La page Ibrahimovic est tournée. “Il voulait rester à Milan mais le choix du club était de le vendre. Nous avons eu une bonne relation mais maintenant on ne se parle plus. Nous avons des bons joueurs pour le remplacer.”

Le choc Juve-Naples ne l’attire pas. “Ce sera difficile d’assister à ce match (qui se déroulera samedi prochain à 18 heures). Nous serons dans le bus pour aller disputer notre rencontre (contre la Lazio à 20h45 le même jour).”

La vente du club n’est pas actée. “M. Berlusconi a dit que s’il y a une chance de conclure l’affaire (cf vendre une partie des parts du club pour toucher environ 200 millions d’euros au passage), alors nous le ferons. Mais je peux vous assurer qu’en ce moment, il n’y a rien de fait, que ce soit avec des Arabes ou des Russes. Nous devons rester unis autour de Silvio Berlusconi qui a mené le club au sommet du monde dans le passé.”

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)