Zebina, un départ brestois toujours pas digéré

Pas prédestiné à quitter le Stade Brestois, Jonathan Zebina a pourtant bien été transféré l’été dernier. Après une saison en Bretagne, le défenseur français a signé un contrat de deux ans avec Toulouse. Blessé et indisponible, le footballeur de 34 ans va peut-être manquer la réception… de Brest samedi à 20 heures. Mais cela ne l’empêche pas de tacler son ancienne équipe.

Jonathan Zebina

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Jonathan Zebina n’a pas la langue dans sa poche au moment d’évoquer la fin de son aventure tumultueuse avec le Stade Brestois. Arrivé au club en 2011 après un long périple en Italie, l’ancien footballeur de la Juventus Turin (2004-2010) ne sera resté qu’une seule saison à Francis-Le Blé. Pourquoi donc ? “J’ai eu un problème physique, pas bien grave, mais qui n’a pas été réglé. Malgré cela, j’ai voulu remplir mon rôle, important je pense, jusqu’au bout au sein du groupe, se souvient-il. Mais quand on vous dit qu’il n’y a pas de place dans l’avion pour accompagner vos partenaires à Évian parce qu’il est rempli de sponsors, c’est quand même décevant.” La finalité, c’est que les dirigeants brestois annoncent fin mai que son contrat n’est pas renouvellé : “J’ai été déçu.”

La raison de cette fin de non-recevoir ? Un profond désaccord avec sa direction au sujet de contacts avec une autre formation de Ligue 1. “Le club était convaincu, et même certain à 100%, que j’avais déjà signé à Évian, a-t-il lâché auprès du quotidien Ouest-France. Quand votre président et votre directeur sportif viennent vous voir pour vous expliquer que cela ne les arrange pas trop que je joue le dernier match du championnat là-bas, je trouve cela dommage par rapport à la saison effectuée et à mon investissement. C’est un choix que le club a fait.” Surtout, ce clash a obligé Jonathan Zebina à reconsidérer son avenir, même si l’envie était bien de continuer avec Brest : “J’étais dans l’optique de continuer, et j’y réfléchissais. Rester à Brest était même une très forte éventualité. Le problème, c’est que je pense que certaines personnes n’ont pas cru en moi, avaient des doutes au début et même encore à la fin.”

Reconnaissant néanmoins avoir “vécu une belle aventure” et boucler l’exercice 2011-2012 “avec le sentiment du devoir accompli”, il est aujourd’hui tourné vers le TFC, au point qu’Alain Casanova lui a confié le brassard de capitaine en début de saison. “C’est une grosse responsabilité car, ici, c’est une grande famille. Beaucoup de joueurs sont issus du centre de formation. Ce n’est pas simple de s’imposer d’une manière ou d’une autre. Mon rôle est d’essayer de donner l’exemple au quotidien dans mon attitude, tout en restant humble.” Alors que la fin de carrière approche, Jonathan Zebina envisage-t-il de faire des heures supplémentaires avec Toulouse ? “Je fais partie d’un bon projet sportif. Être capitaine d’un tel groupe, à 34 ans, alors que je vois beaucoup de collègues prendre leur retraite petit à petit, c’est une fierté. Je m’accroche !” S’il a traversé des étapes compliquées, la motivation est intacte pour l’ancien pensionnaire du Calcio.

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)