Ribéry revient vraiment au bon moment

En déplacement sur la pelouse d’Hambourg pour le compte de 10e journée de Bundesliga, Le Bayern Munich pourra compter sur le retour de Franck Ribéry dans son effectif. Sans le Français, les Bavarois ont été défaits pour la première fois de la saison en championnat contre Leverkusen (2-1). Un lien de cause à effet ?

Franck Ribéry

Dire que Franck Ribéry revient en sauveur dans l’effectif du Bayern Munich qui affrontera Hambourg, samedi, pour le compte de la 10e journée de Bundesliga, serait quelque peu exagéré. Cependant, sans leur international français, les Bavarois ont connu pour la première fois la défaite en championnat la semaine dernière. Face à Leverkusen la semaine passée (2-1), les joueurs de Jupp Heynckes n’ont pas montré le même allant offensif qui leur avait permis de remporter leurs huit premières rencontres de championnat. Certains médias allemands se sont empressés de faire le rapprochement avec l’absence de “Kaiser Franck” sur la feuille de match.

En pleine confiance depuis la reprise du championnat (2 buts, 4 passes décisives), Ribéry a été l’objet de louanges et de critiques cette semaine, de la part de deux grands noms du football. Le sélectionneur italien Cesare Prandelli, qui aura face à lui le milieu offensif bavarois lors de la rencontre amicale entre l’Italie et l’équipe de France le 14 novembre prochain, a été dithyrambique en conférence de presse : “J’ai toujours eu une grande admiration pour Franck Ribéry. Il est peut-être un des premiers attaquants moderne à allier qualité de jeu et quantité, c’est ce que demande un entraîneur à ses attaquants, être disponible collectivement, je pense qu’il a été un modèle pour les attaquants.” De quoi mettre en confiance l’ancien Marseillais, d’un niveau stratosphérique depuis un an et demi.

En revanche, son ancien entraîneur au sein de l’équipe munichoise Louis van Gaal, n’a pas la même opinion du joueur. Dans un entretien accordé au journal allemand Bild, l’actuel sélectionneur des Pays-Bas n’a pas caché qu’il n’appréciait pas le natif de Boulogne-sur-Mer. “Quand je suis arrivé au Bayern, en 2009, il voulait partir au Real Madrid. J’étais favorable à son départ, mais les dirigeants ne voulaient pas en entendre parler, a expliqué l’ancien coach de l’Ajax Amsterdam et du FC Barcelone. Puis j’ai voulu l’aligner comme meneur de jeu. Il a refusé, ne souhaitant jouer que sur l’aile gauche. Il n’en faisait qu’à sa tête et ne supportait pas la moindre critique ou une simple remarque.” Au final, rien de bien surprenant à ce que les avis divergent sur ce joueur, tant la carrière de Franck Ribéry a connu des hauts et des bas. Mais si contre Hambourg, le Munichois venait encore à réaliser une prestation de haute volée, il est certain que le nombre de ses détracteurs diminueraient encore un peu plus.

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)