Sissoko garde la foi au PSG

Transféré de la Juventus Turin au PSG en juillet 2011, Mohamed Sissoko est l’une des principales victimes du recrutement parisien du dernier mercato estival. Barré au milieu de terrain, le footballeur franco-malien espère pourtant reconquérir la confiance de Carlo Ancelotti.

Mohamed Sissoko

Perdu de vue. Tandis que Blaise Matuidi devient au fil des semaines un pion essentiel du dispositif mis en place par le coach italien, Mohamed Sissoko prend son mal en patience sur le banc de touche. Titulaire sous l’ère Antoine Kombouaré, le footballeur de 27 ans est moins à la fête avec Carlo Ancelotti. Depuis le début de saison, il n’a débuté qu’une seule fois une rencontre de Ligue 1, le 29 septembre dernier contre Sochaux (2-0). Derrière, il a dû se contenter de deux entrées en jeu… pour un total de 98 minutes en trois matches. Un bien maigre bilan.

“Je suis un compétiteur, j’ai 27 ans et je suis un joueur frustré. C’est normal, non ? J’ai encore des choses à démontrer et mon expérience dans mes clubs précédents parle pour moi, a-t-il lâché dans un entretien accordé ce mardi au quotidien Le Parisien. J’espère que j’aurai l’opportunité de montrer ce que je sais faire à l’entraîneur. Je suis certain que tout se remettra en place. Le bilan, je le ferai en fin de saison, mais je ne suis pas un joueur de banc.” Malheureusement pour lui, le début de saison du PSG n’incite pas Ancelotti à changer sa copie et à lui accorder un temps de jeu plus conséquent.

“J’ai faim de titres”

Autre problème, il est souvent question de pépins physiques avec Mohamed Sissoko. Considéré comme un joueur fragile, il n’est pas épargné. Mais l’ancien pensionnaire du centre de formation de l’AJ Auxerre ne veut pas y avoir un lien de cause à effet sur son statut de remplaçant. “Je me sens très bien. Ma blessure au genou a traîné, mais elle est guérie, a-t-il relativisé à ce propos. Je veux être très clair : depuis que vous voyez mon nom sur les feuilles de match, cela veut dire que je ne suis plus blessé. Si je ne suis pas toujours titulaire, ce sont des choix d’entraîneur. Je joue moins souvent que l’année dernière, alors que j’ai besoin de retrouver le rythme. Il me faut de la compétition.”

Pourtant, malgré une situation au point mort, Mohamed Sissoko, dont le contrat à Paris court jusqu’en 2014, reste optimiste, notamment sur le fait de pouvoir remporter quelque chose avec le PSG en fin de saison. D’autant que depuis une Cup remportée avec Liverpool en 2006, son palmarès est resté vierge. “Mon armoire à trophées n’a pas pris de poids depuis trop longtemps ! Cette année, il faut que ça s’arrête, a prié l’international malien. Gagner, c’est une sensation énorme. C’est beau. Tu fais vibrer toute une ville et tu rends des gens heureux. Et j’ai envie de faire vibrer Paris (…) Aujourd’hui, j’ai tellement faim de titres.” Savourer un trophée, n’est-ce pas mieux en étant titulaire ? A lui de le redevenir.

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)