Antonetti, M’Vila, Rennes… le président breton parle

Bien calé dans la première moitié du classement, le Stade Rennais reçoit ce samedi Evian-Thonon-Gaillard pour continuer à faire bonne figure dans le haut du tableau. Septième de la Ligue 1 à l’aube de la 14e journée, le club breton a bien réagi après un début de saison compliqué. L’occasion pour son président Frédéric de Saint-Sernin de faire le point dans un entretien accordé au quotidien L’Équipe.

Frédéric de Saint-Sernin

Une confiance totale au staff

Bien mal embarqué après deux défaites en deux journées, le Stade Rennais, alors en position de relégable avant un premier succès pénible contre Bastia (3-2), a depuis effectué une belle remontée au classement. Vainqueur à six reprises lors de ses sept derniers matches de championnat, Rennes fait de nouveau partie des candidats européens en fin de saison. Interrogé à ce sujet, le président breton avoue n’avoir jamais douté du potentiel de l’effectif et des compétences de Pierre Dréossi et Frédéric Antonetti. “Je sais que ce groupe a été réduit quantitativement et qu’il n’y a eu que trois arrivées pour treize départs cet été. J’ai confiance dans le recrutement de mon manager général et j’ai confiance en mon coach qui vient de finir deux fois de suite sixième en Ligue 1, a affirmé Frédéric de Saint-Sernin. Et quand au bout de quelques semaines notre football balbutie, on arrive à trouver les solutions sur le terrain en faisant face ensemble.”

Quel avenir pour Frédéric Antonetti ?

A la tête du club depuis 2009, l’ancien coach de Bastia et Saint-Étienne est sous contrat jusqu’en juin 2013 en Bretagne. Forcément, la question de son avenir revient sur la table, même si Frédéric de Saint-Sernin a préféré botter en touche sur ce sujet. “Sa situation ? On verra ça le moment venu, Antonetti, c’est un entraîneur de club et en même temps un cadre dirigeant. Il est cohérent avec nous. J’ai des réalités sportives et économiques à gérer, lui les accepte, ce qui est formidable. Le coach a d’ailleurs parfaitement compris notre mercato cet été, qui nous a vus réduire notre masse salariale. Il y a tout de même dix joueurs en moins par rapport à la saison dernière.”

Il n’a pas tout compris sur M’Vila

De retour dans le groupe, Yann M’Vila doit se faire pardonner. Sanctionné par son club, comme Chris Mavinga, pour sa virée nocturne avec les Espoirs, le milieu de terrain tricolore a été écarté pendant huit jours par sa direction, un choix défendu par le boss rennais. “On a évidemment eu un sentiment de gâchis. Il n’est pas parti durant le mercato. On lui a fait ensuite confiance en club, on lui a tendu la main en Espoirs et il arrive ce qui est arrivé, a indiqué l’homme de 54 ans. Même si cela n’est pas arrivé dans le cadre de Rennes, le joueur, en tant que salarié du club, doit être respectueux de son éthique à l’intérieur comme à l’extérieur.” En revanche, Frédéric de Saint-Sernin croit plus que jamais au retour au premier plan du footballeur français, et ce en dépit d’une longue absence avec l’équipe de France : “Prendre vingt mois de suspension pour une virée nocturne en comparaison d’un acte de rébellion en Coupe du monde, c’est une injustice qui me choque ! Mais je suis sûr qu’il va revenir. Car c’est un joueur d’exception avec des qualités incroyables et une vraie force de caractère.”

 

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

18+ Les jeux d'argent sont interdits aux mineurs. Jouer comporte des risques : endettement, dépendance… Appelez le 09.74.75.13.13 (appel non surtaxé)