Les Gunners trop petits bras sur le marché hivernal ?

Battu ce dimanche en Premier League, sur sa pelouse, par Manchester City (0-2), Arsenal a du mal à passer la vitesse supérieure sur le marché des transferts. Une frilosité qui pourrait bien coûter une place dans le Big Four à l’équipe entraînée par Arsène Wenger.

Lucas Biglia

Quels sont les besoins des Gunners ?

A l’ouverture du mercato hivernal, deux secteurs de jeu des Gunners attiraient particulièrement l’attention. Arsenal, pourtant doté d’un effectif plutôt bien fourni, inquiète par ses absences. Ainsi, avec Abou Diaby (tout juste de retour ce dimanche contre les Citizens) et Mikel Arteta (blessé), Arsène Wenger accueillerait volontiers du renfort au milieu de terrain. Dans le secteur offensif, l’absence de l’Ivoirien Gervinho, parti à la CAN, pourrait être comblée par l’arrivée d’un élément supplémentaire. Oui mais voilà, les rumeurs se multiplient mais Arsenal, 6e de Premier League à 21 longueurs du leader, Manchester United, a du mal à se montrer convaincant.

L’illustration par le cas Biglia

Au milieu du terrain, un nom revient avec insistance du côté de l’Emirates Stadium : celui de Lucas Biglia. L’international argentin (7 sélections), âgé de 26 ans, évolue depuis 7 saisons dans l’entrejeu d’Anderlecht. La formation belge ne serait pas totalement opposée à la vente de l’un de ses patrons dans le jeu en échange d’un chèque de 8 millions d’euros. Pour l’heure, Arsenal n’aurait formulé, ce week-end, qu’une première offre de 5 millions rapporte le média britannique Sky Sports.

Falcao, Llorente, Villa… et nada !

Dans le secteur offensif, Arsenal manque aussi de mordant. Sur le terrain, les Gunners n’ont pas su trouver la faille, ce dimanche, en Premier League, sur leur pelouse, contre Manchester City (0-2). Pour se maintenir à flot dans l’optique d’une place dans le Big Four, le club de Londres est tenté par le recrutement d’un grand attaquant. Ainsi, les noms de Radamel Falcao (Atlético Madrid), de Fernando Llorente (Athlétic Bilbao) et de David Villa (FC Barcelone) ont été évoqués. Pour l’Espagnol du Barça, les Gunners pourraient être contraints de patienter jusqu’à l’été prochain du fait de la résistance, plus ou moins véhémente, de la direction blaugrana. Pour les deux autres cas, le Paris-SG, la Juventus Turin ou encore Chelsea ont un temps (et des arguments financiers) d’avance.

Au-delà de ces grands noms du football européenn, Arsenal doit convaincre ses pépites anglaises de rester au sein du nid. Ainsi, les dirigeants londoniens éprouvent les pires difficultés à prolonger le contrat de Théo Walcott, dragué par des formations qui accumulent les titres ces dernières années (Manchester United, Manchester City, Arsenal, Juventus Turin). Et même un retour, sous forme de pige, de Thierry Henry, n’a pas vu le jour cet hiver. Arsenal et Arsène Wenger, qui rencontreront le Bayern Munich en 8e de finale de la Ligue des Champions en février prochain, auraient-ils perdu de leur pouvoir de séduction ?

Applications

Disponible sur Google Play
Télécharger dans l'App Store

Informations

Contact | Informations légales

Avertissement